Les délégués d’Afrique australe sont en désaccord avec leurs homologues de l’Est et de l’Ouest.

L’Afrique australe réclame une présidence par rotation, tandis que les délégués de l’Est et de l’Ouest veulent un système basé sur le vote.

Des scènes dramatiques au Parlement panafricain sont mauvaises pour l’image d’une institution qui essaie toujours de maintenir sa pertinence, estime un analyste.


Quelques minutes après le début de la session destinée à élire un nouveau président, le Parlement panafricain (PAP) a éclaté mardi dans un nouveau chaos. Au centre de celui-ci se trouvait une lettre qui aurait été envoyée par l’Union africaine au PAP au sujet de la réforme de la procédure de vote contestataire.

Pour la deuxième journée consécutive, la délégation d’Afrique australe a refusé de procéder au vote, appelant à une présidence tournante. Les délégués d’Afrique de l’Ouest et de l’Est ont exigé que le vote ait lieu.

« La commission ad hoc espère qu’aujourd’hui, nous, les parlementaires, allons nous comporter comme il se doit et (…) continuer parce que nous sommes ici, représentant nos pays respectifs, mais aussi le peuple africain », a déclaré le président de la commission Jaynet Kabila.

La commission ad hoc est chargée d’organiser et de gérer l’élection.

« Je ne suis pas d’accord avec la poursuite de ces élections à moins que nous ne suivions ce qui a été écrit au greffier de ce parlement », a déclaré Barbara Rwodzi du Zimbabwe, également membre de la commission ad hoc.

Le chef des Combattants de la liberté économique, Julius Malema, a tenté de soulever un point d’ordre, mais lorsque Kabila a refusé d’ouvrir la parole au débat, le chaos s’est ensuivi. Rwodzi et Malema sont deux des membres les plus virulents du caucus d’Afrique australe.

Les députés ont quitté leurs sièges, se disputant le podium. À un moment donné, plusieurs députés essayaient tous de prendre le micro du podium du conférencier. Ils se poussèrent et se bousculèrent autour de l’estrade et refusèrent de s’asseoir. Lorsque le namibien McHenry Venaani a essayé de lire la lettre en question, il a été hué.

La quatrième session ordinaire de l’organe continental a été marquée par une profonde division entre les blocs régionaux en lice pour le poste convoité de président. Le PAP est dirigé par un bureau composé d’un président et de quatre vice-présidents, chacun représentant une région géographique.

Le caucus d’Afrique australe, dont l’Afrique du Sud est membre, appelle à une présidence tournante, qui donnera à chaque région une chance équitable. Les blocs d’Afrique australe et nord-africaine sont plus nombreux que les blocs de l’est, de l’ouest et du centre, ce qui signifie une position affaiblie dans un système qui repose sur le nombre de voix pour assurer la présidence.

Lundi, des échanges houleux au sein de l’assemblée ont conduit à des violences flagrantes et à l’échec de la tenue d’élections.

La whip en chef du Congrès national africain, Pemmy Majodiena, a menacé de porter des accusations de violence sexiste contre le politicien sénégalais Djibril War. Il s’est ensuite excusé en direct à la télévision auprès de Majodiena.

Divisions régionales

Avant le vote, les divisions régionales restent profondes. La délégation d’Afrique australe a publié une déclaration condamnant ce qu’elle a appelé une « tentative effrontée » des caucus est et ouest de saper l’unité du PAP. Ils ont accusé les caucus de profiter des avantages financiers liés à la direction du bureau du PAP.

« Les deux caucus ont utilisé leur majorité au parlement continental pour s’assurer que seuls leurs candidats occupent la présidence et quand vient le temps de rendre des comptes, ils utilisent la même majorité pour les protéger de la façon dont ils ont dépensé les fonds du PAP », a déclaré Vétéran de l’ANC et chef de la délégation sud-africaine, Amos Masondo.

Les Africains australes disent qu’ils n’iront pas de l’avant avec le vote à moins que la législature n’accepte une présidence tournante, ce qui est conforme aux propres principes de l’Union africaine pour les autres organes. Le caucus du sud présente l’actuel président par intérim du PAP, le chef Fortune Charumbira du Zimbabwe, en tant que président.

Mais les caucus de l’ouest et de l’est ont l’intention de faire avancer le vote. La délégation malienne, qui présente Haidara Aichata Cissé comme candidate préférée du caucus occidental, accuse la délégation sud-africaine d’utiliser son avantage national pour intimider les délégués étrangers.

La semaine dernière, Malema a menacé de tuer un membre de la délégation malienne.

Lundi, Malema a déclaré à la SABC que lui et Ali Koné du Mali avaient fumé un calumet de la paix, mais a ajouté que la vidéo devenue virale ne permettait pas de voir la menace que Koné avait proféré contre lui.

« C’était une réaction. Quand une personne me dit que je vais te tuer, je ne peux pas lui donner de roses », a déclaré Malema.

Le caucus est-africain soutient Albino Mathom Ayuel Aboug du Soudan du Sud comme candidat à la présidentielle.

Une lutte pour la pertinence

While the PAP has no ability to make laws, it is meant to enact the regulations of the African Union in each country. However, since its inception in 2004, the institution has struggled to assert its relevance as an AU body. The dramatic scenes from a day earlier may have gone viral, but they have done little to help the credibility of an already « fragile » institution, said Steven Gruzd, who heads of African Governance and Diplomacy programme at the South African Institute of International Affairs.

« I’ve never seen it degenerate in public like this, » said Gruzd, who has monitored the PAP throughout its establishment. « I don’t think is a very good image for an institution that is struggling to maintain relevance. »

Les images de parlementaires bien habillés en échauffourée peuvent devenir virales parmi le public, mais elles soulèvent également des questions parmi les contribuables qui paient la facture des déplacements des délégués, des allocations et d’autres dépenses au cours de ces sessions, a déclaré Gruzd.

Les scènes de violence choquantes au #Parlement panafricain aujourd’hui ternissent l’image de cette institution honorable », a tweeté le président de l’UA, Mouusa Faki Mahamat. « Je lance un appel à tous les parlementaires pour qu’ils retrouvent leur sang-froid et se conforment aux règles et procédures de l’institution. »

Cette session de l’AP a débuté le 21 mai et devrait se terminer le 4 juin, avec l’élection d’un nouveau bureau l’un de ses objectifs clés.

News24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.