Comment la firme de Hunter Biden a aidé à sécuriser le cobalt pour les Chinois.

Le fils du président était copropriétaire d’une entreprise impliquée dans l’achat pour 3,8 milliards de dollars par un conglomérat chinois de l’un des plus grands gisements de cobalt au monde. Le métal est un ingrédient clé des batteries pour véhicules électriques.

Une société d’investissement dont Hunter Biden, le fils du président, était membre fondateur du conseil d’administration, a aidé à faciliter l’achat d’une entreprise chinoise à une entreprise américaine de l’une des mines de cobalt les plus riches au monde, située en République démocratique du Congo.

M. Biden et deux autres Américains ont rejoint des partenaires chinois pour créer la société en 2013, connue sous le nom de BHR et officiellement nommée Bohai Harvest RST (Shanghai) Equity Investment Fund Management Company.

L’entreprise a réalisé l’un de ses investissements les plus réussis en 2016, lorsqu’elle a acheté puis vendu une participation dans CATL, une entreprise chinoise à croissance rapide qui est désormais le plus grand fabricant mondial de batteries pour véhicules électriques.

L’accord minier au Congo est également intervenu en 2016, lorsque la société minière chinoise China Molybdenum a annoncé qu’elle payait 2,65 milliards de dollars pour acheter Tenke Fungurume, une mine de cobalt et de cuivre, à la société américaine Freeport-McMoRan.

Dans le cadre de cet accord, China Molybdenum a cherché un partenaire pour racheter un actionnaire minoritaire de la mine, Lundin Mining of Canada. C’est alors que BHR s’est impliqué.

Les archives de Hong Kong montrent que les 1,14 milliard de dollars BHR, via des filiales, payés pour racheter Lundin provenaient entièrement d’entreprises soutenues par l’État chinois.

Les trois Américains, qui siégeaient tous au conseil d’administration, contrôlaient 30 % de BHR, une société de capital-investissement enregistrée à Shanghai qui effectue des investissements et les rentabilise ensuite. Le reste de la société est détenu ou contrôlé par des investisseurs chinois, dont la Banque de Chine, selon les dossiers déposés auprès des régulateurs chinois.

L’un des premiers accords de BHR consistait à aider à financer une société minière australienne contrôlée par une entreprise publique chinoise. Il a également aidé une filiale d’un conglomérat chinois de défense à acheter un fabricant de pièces automobiles du Michigan.

China Molybdenum a aligné environ 700 millions de dollars de ce total sous forme de prêts de banques soutenues par l’État chinois, dont la China Construction Bank. BHR a levé le montant restant auprès d’entités obscures portant des noms comme Design Time Limited, une société offshore contrôlée par la banque d’investissement de China Construction, selon les documents de Hong Kong.

Avant la conclusion de l’accord, BHR a également signé un accord autorisant China Molybdenum à acheter la part de BHR dans la mine, ce que la société a fait deux ans plus tard, selon les documents. Cet achat a donné à China Molybdenum 80% de la propriété de la mine. (L’entreprise minière d’État du Congo a gardé une participation pour elle-même.)

Au moment où BHR a vendu sa part en 2019, M. Biden contrôlait 10 % de la société par l’intermédiaire de Skaneateles L.L.C., une société basée à Washington. Alors que les archives de l’entreprise chinoise montrent que Skaneateles reste copropriétaire de BHR, Chris Clark, l’avocat de M. Biden, a déclaré qu’il « ne détient plus aucun intérêt, directement ou indirectement, dans BHR ou Skaneateles ». Les dossiers chinois montrent que M. Biden ne faisait plus partie du conseil d’administration de BHR en avril 2020. M. Biden n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Un ancien membre du conseil d’administration de BHR a déclaré au New York Times que M. Biden et les autres fondateurs américains n’étaient pas impliqués dans l’affaire de la mine et que l’entreprise n’en tirait qu’une somme modique. L’argent, a déclaré l’ancien membre du conseil d’administration, est allé dans les fonds d’exploitation de l’entreprise et n’a pas été distribué à ses propriétaires.

On ne sait pas comment l’entreprise a été choisie par China Molybdenum. Les dirigeants actuels de BHR n’ont pas retourné les courriels et les appels téléphoniques pour demander des commentaires. « Nous ne connaissons pas Hunter Biden et nous ne sommes pas au courant de son implication dans BHR », a déclaré Vincent Zhou, porte-parole de China Molybdenum, dans un e-mail.

Une douzaine de dirigeants d’entreprises impliquées dans l’accord, dont Freeport-McMoRan et Lundin, ont déclaré lors d’entretiens qu’ils n’avaient pas été informés de la raison de la participation de BHR. La plupart des dirigeants ont également déclaré qu’ils n’étaient pas au courant lors de l’accord du lien de M. Biden avec l’entreprise.

Paul Conibear, directeur général de Lundin à l’époque, a déclaré qu’il était clair que China Molybdenum dirigeait la transaction même si l’acheteur de la participation de Lundin était BHR.

« Je n’ai jamais vraiment compris qui ils étaient », a déclaré M. Conibear à propos de BHR.

Lorsque la mine a été vendue, le père de M. Biden touchait à la fin de son mandat de vice-président. À l’approche de l’élection présidentielle de 2020, les relations commerciales de Hunter Biden en Chine ont été largement médiatisées.

Mais le rôle de BHR dans l’achat de la mine chinoise n’était pas un objectif majeur. Cela a pris une nouvelle importance parce que l’administration Biden a averti cette année que la Chine pourrait utiliser sa domination croissante du cobalt pour perturber le réoutillage américain de son industrie automobile pour fabriquer des véhicules électriques. Le métal fait partie de plusieurs ingrédients clés des batteries de voitures électriques.

Lorsqu’on lui a demandé si le président avait été mis au courant du lien de son fils avec la vente, un porte-parole de la Maison Blanche a répondu : « Non ».

Michael Forsythe est un journaliste de l’équipe d’enquête.  Il a également travaillé chez Bloomberg News et est un vétéran de la marine américaine. @PekingMike

Eric Lipton est un journaliste d’investigation basé à Washington. Trois fois lauréat du prix Pulitzer, il a précédemment travaillé au Washington Post et au Hartford Courant. @EricLiptonNYT

Dionne Searcey fait partie d’une équipe qui a remporté le prix Pulitzer 2020 du reportage international et auteur du livre « In Pursuit of Disobedient Women ». @dionnesearcey