Israël n’est pas un simple observateur de l’UA, mais un  » allié important », un « partenaire et un » ami » relié par le pont terrestre de la péninsule du Sinaï au continent africain » (ROWAN POLOVIN )

Depuis qu’Israël a renaît  en tant qu’État juif moderne en 1948, il a fourni une aide essentielle aux pays d’Afrique.Israël n’est pas un simple observateur de l’Afrique, mais un allié important, un partenaire et un ami relié par le pont terrestre de la péninsule du Sinaï au continent africain qui, depuis des milliers d’années, relie les peuples africains et juifs . L’histoire mêle le peuple africain aux religions abrahamiques qui remontent à Sion et à la Terre d’Israël, et donc la connexion est à la fois physique et spirituelle.

L’État moderne d’Israël est la seule nation de l’histoire qui a délivré le peuple africain de l’esclavage à la liberté. Cela contraste avec tant d’autres qui ont cruellement exploité le peuple africain, pillé ses terres et ses ressources et, dans certains cas, le font encore aujourd’hui.

Lorsqu’Israël a renaît en tant qu’État juif moderne en 1948, il n’a pas oublié cette histoire commune. Dans les années 1950, la ministre des Affaires étrangères de l’époque, Golda Meir, voulait qu’Israël – un État naissant de moins d’une décennie – offre un coup de main aux pays africains alors qu’ils se débarrassent des chaînes du colonialisme. Theodor Herzl, le père du sionisme politique moderne, était profondément sensible au sort du peuple africain et à la nécessité pour les Juifs de les aider une fois qu’ils se sont eux-mêmes libérés de la persécution, et Meir était déterminé à concrétiser son sentiment. Elle a vu le besoin impérieux d’Israël de fournir une assistance à ces nations nouvellement indépendantes, même si le nouvel État juif avait du mal à s’aider lui-même.

Cet engagement s’étendait de l’agriculture à l’infrastructure, et comprenait la construction d’aéroports, la mise en place d’opérations maritimes et la création d’institutions d’enseignement et de formation. Des milliers d’experts israéliens ont traversé l’Afrique pour offrir connaissances, conseils et assistance. De nombreux dirigeants africains se sont rendus en Israël et ont vu de première main l’innovation et l’ADN culturel précoce de la nation naissante en démarrage. Une grande partie de cette infrastructure fonctionne encore aujourd’hui.

Au total – jusqu’en 1973 – un total de 33 pays africains ont reçu un coup de main d’Israël au moment où cela était le plus nécessaire. La Ligue arabe, extrêmement hostile à un État juif en son sein, a fait pression sur l’Organisation de l’unité africaine (le précurseur de l’Union africaine) pour saboter et couper les liens avec Israël sous prétexte qu’Israël avait « occupé » des terres africaines dans le Canal de Suez . Bien que cette décision ait déçu Israël, elle a été absolument dévastatrice pour le continent africain à plusieurs égards. L’Afrique aurait pu avoir une économie différente aujourd’hui si elle s’était développée aux côtés d’Israël, éduquant, libérant et nourrissant son propre peuple et le reste du monde, si elle n’avait pas succombé à cette pression politique.

Au cours des dernières années, Israël et l’Afrique se sont à nouveau rapprochés, en raison d’un nouveau leadership visionnaire et pragmatique en Afrique, de la disparition des idéologues et des efforts renouvelés d’Israël pour raviver la connexion. Au cours de l’année écoulée, Israël a fait la paix avec les pays d’Afrique du Nord que sont le Maroc et le Soudan, qui jusqu’à récemment étaient des ennemis de longue date d’Israël. Cela a stimulé le commerce et l’investissement, le Maroc bénéficiant d’une augmentation de 40 % des échanges avec Israël l’année dernière seulement. Les exportations entre les pays devraient décupler au cours des prochaines années, apportant des innovations et des technologies de pointe aux côtés des investissements dans ces économies africaines.

Les secteurs commerciaux récoltent déjà les fruits des efforts de collaboration avec Israël, qui comprennent le développement de villes intelligentes en Afrique, les technologies de santé numérique et la coopération agricole. Des vols directs ont été lancés entre Marrakech et Tel Aviv et 20 000 touristes israéliens devraient visiter le Maroc chaque année, rapportant des millions de dollars chaque année à l’économie.

Ces développements sont transformateurs pour ces pays, ayant un impact direct sur la vie des individus et des familles en dehors du pays dans son ensemble. D’autres pays qui s’ouvrent avec Israël verront des gains similaires.

La sécheresse, menant à la famine, est le plus grand défi de l’Afrique. L’Afrique australe est en pleine crise depuis trois ans, entraînant une grave insécurité alimentaire dans des pays comme le Zimbabwe, l’Angola et Madagascar. L’Afrique de l’Est devrait connaître une sécheresse extrême au cours des cinq prochaines années dans des endroits comme l’Éthiopie, la Somalie et le Kenya. Cela pourrait entraîner la malnutrition ou la famine pour des millions de personnes.

Peu de pays sont en mesure d’égaler l’assistance d’Israël, un leader mondial de la technologie de l’eau. Israël a prouvé comment la rareté de l’eau peut être transformée en abondance en puisant dans les réservoirs souterrains et l’océan. Des projets à but non lucratif dans des milliers de villages à travers l’Afrique utilisent déjà la technologie de l’eau israélienne pour soutenir des millions de personnes. La technologie solaire israélienne fournit de l’électricité aux écoles et aux hôpitaux, y compris l’alimentation des appareils mobiles pour la connectivité, la recherche, l’information et le commerce.

Compte tenu de cette dynamique sur le terrain, il était approprié et attendu depuis longtemps qu’en juillet de cette année, Israël ait obtenu le statut d’observateur auprès de l’Union africaine par le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat. Plus de 70 pays ont le statut d’observateur, certains étant d’anciens colonisateurs de l’Afrique, d’autres qui ne font que piller les ressources africaines ou enchevêtrer l’Afrique dans la diplomatie du piège de la dette, et beaucoup qui détiennent eux-mêmes des dossiers atroces sur les violations des droits humains.

LE STATUT D’OBSERVATEUR signifie simplement qu’un pays peut être invité à assister à certaines réunions de l’UA, avoir un accès limité aux documents internes de l’UA, mais ne pas détenir le droit de vote. Quand un autre pays qu’Israël a reçu le statut d’observateur, peu s’en sont souciés ou même remarqué, mais quand Israël a reçu ce titre symbolique, la machinerie anti-israélienne est entrée dans une action maniaque. Cela a été largement soutenu et poussé par l’Afrique du Sud, dont l’opposition à l’inclusion d’Israël est ostensiblement fondée sur la solidarité avec les Palestiniens. Malheureusement, cette position unilatérale ignore le refus des Palestiniens de reconnaître, de négocier ou de faire la paix avec Israël, ainsi que leur parrainage et leur soutien au terrorisme (dont l’Afrique a également souffert).

En vérité, de nombreux États africains voient maintenant les rendements décroissants des discours de solidarité pour le spectacle sur la question palestinienne, en particulier parce que cela apporte peu de bénéfices au monde arabe qui s’ouvre de manière remarquable et nouvelle avec Israël. La direction palestinienne offre à l’Afrique peu mais une opportunité cynique de tirer parti de la question palestinienne comme moyen de détourner l’attention des problèmes intérieurs.

Israël offre à l’Afrique une fenêtre sur l’avenir et des solutions innovantes pour résoudre les problèmes. Cette tentative bruyante d’annuler le statut d’observateur d’Israël est hypocrite. Il y a le silence sur le néocolonialisme de l’Afrique par d’autres États « observateurs » et leurs violations parfois atroces des droits de l’homme dans leurs propres pays. Nous n’entendons pas parler d’accords avec d’anciens colonisateurs, ou de ces pays observateurs qui sollicitent des financements auprès des États africains et obtiennent un effet de levier lorsque ces États s’endettent. Cette obsession malsaine pour Israël ne nuit à personne d’autre qu’au peuple africain lui-même, mais l’Etat juif garde son cœur ouvert à l’Afrique sans faiblir.

Israël mérite amplement son statut d’observateur en Afrique. Il faut espérer que l’Afrique continuera à investir dans son propre avenir à travers cette importante amitié. Israël n’est pas un simple observateur des événements sur le continent africain, mais un partenaire de longue date du succès de l’Afrique. Il est dans l’intérêt de l’Union africaine de le reconnaître et de le garantir.

ROWAN POLOVIN est  président national de la Fédération sioniste sud-africaine et récipiendaire du prix Herzl de l’Organisation sioniste mondiale

Related posts

Leave a Comment