john_william_ntwali

John Williams Ntwali, l’un des journalistes les plus célèbres du Rwanda est mort mercredi 18 janvier, dans un accident de la route, selon la police. Une version rapidement mise en doute par des organisations des droits de l’homme, vu les menaces que recevait ce journaliste critique du gouvernement rwandais.

John Williams Ntwali, 44 ans, rédacteur en chef du journal The Chronicles, a été tué mercredi lorsqu’un véhicule a percuté la moto sur laquelle il se trouvait en tant que passager, rapporte son journal. D’abord, c’est la police qui a appelé le frère du journaliste pour identifier son corps. La version de la mort donnée par la police aux membres de sa famille et relayée par son journal est mise en doute par d’autres journalistes et organisations des droits de l’homme.

John Williams Ntwali a souvent été « le seul journaliste qui a osé faire des reportages sur des questions de persécution et de répression politiques. Il rejoint une longue liste de personnes qui ont défié le gouvernement et sont mortes dans des circonstances suspectes », a écrit dans un communiqué Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale au sein de Human Rights Watch.

« Il existe de nombreuses raisons de remettre en question la théorie d’un accident de voiture et il est essentiel qu’une enquête rapide et efficace, s’appuyant sur une expertise internationale, soit menée pour déterminer s’il a été assassiné ou non », a poursuivi M. Mudge.

Des hommages lui ont été rendus par ses proches « Que Dieu accorde le Repos Éternel à notre frère Williams Ntwali, journaliste rwandais indépendant, intègre et intrépide, décédé aujourd’hui dans un «accident» mystérieux. En août dernier, il se confiait à «Enquête Exclusive» sur les injures et les menaces qu’il recevait. », a écrit Sakindi sur Twitter, faisant accompagner son post d’un extrait de reportage sur son portrait.

John Williams Ntwali rejoint ainsi une longue liste des personnes décédées après avoir critiqué le régime de Paul Kagame.

Dido Nsapu:Digitalcongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *