Les réserves de cobalt de la RDC pourraient en faire «l’Arabie saoudite de l’ère des véhicules électriques»(Prince De Makele Mounguembou)

cobalt

General Motors, l’un des constructeurs automobiles les plus importants des États-Unis, a annoncé en janvier 2021 qu’il éliminerait progressivement les voitures et les camions fonctionnant au pétrole et ne vendrait que des véhicules zéro émission d’ici 2035. Bien que l’un des mouvements les plus ambitieux de l’industrie automobile, les véhicules électriques ( Les VE) ne peuvent pas être produits ou conduits sans cobalt, nous ne pouvons pas parler de ce métal ferromagnétique sans faire référence à la République démocratique du Congo (RDC). La RDCongo est la première source mondiale de cobalt extrait, fournissant 100 000 tonnes métriques, soit environ 70% de la production minière mondiale de cobalt de 140000 tonnes métriques en 2019.

Le cobalt est un composant essentiel des batteries lithium-ion qui alimentent les véhicules électriques. Les réserves de cobalt de la RDC pourraient en faire «l’Arabie saoudite de l’ère des véhicules électriques». Malgré cet énorme potentiel, l’extraction du cobalt en RDC telle qu’elle se fait aujourd’hui a un prix humain, social et environnemental élevé. Et un boom du cobalt augmente les risques de nombreux mauvais résultats dans un pays comme la RDC avec sa capacité limitée à bien gérer l’extraction du cobalt. Créer des automobiles plus durables nécessite un changement d’orientation au-delà de la politique et des discours populaires sur les véhicules électriques propres et verts, et au-delà des émissions de carbone des véhicules électriques. Au contraire, la création d’automobiles durables nous oblige à concentrer notre attention et nos efforts de bonne gouvernance tout au long de la chaîne d’approvisionnement des véhicules électriques, de l’extraction au produit final.

À la fin de la chaîne d’approvisionnement en matières premières pour les véhicules électriques, la durabilité signifie se concentrer sur les conditions dans lesquelles le cobalt est produit. La richesse en ressources naturelles de la RD Congo en a fait un exemple classique de la malédiction des ressources, avec ses richesses minérales alimentant et entretenant son instabilité apparemment sans fin et les conflits armés violents en cours. Une série de rapports a montré comment l’extraction du cobalt en RD du Congo est en proie à des problèmes tels que les violations des droits de l’homme, l’exploitation minière dangereuse et plusieurs autres risques ont été signalés dans l’industrie minière du cobalt en RDC. Celles-ci incluent le recours au travail des enfants, les décès dus à l’effondrement des mines de cobalt et les risques pour la santé environnementale de l’extraction du cobalt. En résumé, les VE ont des impacts directs et indirects sur la sécurité physique et humaine des citoyens congolais.

Ce ne sont pas seulement les fonctionnaires du gouvernement congolais qui sont chargés de veiller à ce que le cobalt soit extrait de manière sûre et juste. Les constructeurs automobiles – ceux qui utilisent le cobalt  dans les batteries des véhicules électriques – ont un rôle important à jouer. Derrière la demande croissante de cobalt se cachent les entreprises qui dépendent des batteries rechargeables pour les véhicules électriques. Celles-ci incluent presque tous les grands constructeurs automobiles qui développent de manière agressive leurs gammes de véhicules électriques, y compris Tesla, Toyota, Ford, General Motors, BMW, le groupe Volkswagen et le leader chinois des VE, BYD. Avec seulement environ 17 000 voitures électriques sur les routes du monde en 2010, l’industrie a explosé au cours de la dernière décennie pour atteindre environ 7,2 millions de véhicules électriques sur les routes en 2019, dont 47% en Chine. Aux États-Unis, les ventes de véhicules électriques ont augmenté de 80% en 2018, grâce au lancement sur le marché de la version standard du Tesla Model 3.

Les consommateurs de VE peuvent également jouer un rôle en exigeant une bonne gouvernance des ressources en cobalt du Congo. La demande des consommateurs de véhicules électriques augmente: une enquête menée en 2020 auprès de l’opinion publique américaine sur les véhicules électriques a montré que 40% des Américains ont déclaré qu’ils achèteraient ou envisageraient d’acheter un véhicule entièrement électrique à l’avenir.

Ni les entreprises ni les consommateurs ne doivent ignorer les problèmes de travail des enfants et de corruption pour satisfaire les demandes des clients. Le bien-être et la protection de l’homme et de l’environnement devraient être les principes sacro-saints qui conduisent les entreprises, le développement technologique et les percées scientifiques. Ne pas améliorer les conditions d’extraction du cobalt en RD du Congo est une injustice envers les habitants de la RDC.

Une révolution énergétique verte durable ne peut pas être construite sur l’exploitation humaine

Une augmentation prévue de la production de véhicules électriques devrait nécessiter une production annuelle brute de cobalt de 314000 tonnes d’ici 2030, soit environ 224% de plus que les niveaux de production de 2019. Cela représente une opportunité incroyable de changer les choses dans l’extraction du cobalt en RD Congo. l’industrie, si elle est prise au sérieux. Mais tant que la demande des consommateurs pour les véhicules électriques reste élevée et que les progrès des technologies nécessitant davantage de l’élément bleu argenté, dur, brillant et cassant sont prioritaires sur la sécurité et le bien-être humains, la normalisation des conflits et des violations des droits de l’homme se poursuivra dans l’exploitation minière de la RDC. En effet, des acteurs puissants continueront de dominer les mines, d’employer des enfants, de rejeter les préoccupations des travailleurs et d’utiliser la force, y compris des moyens militaires, pour contrôler le système dans le but ultime d’accumuler des profits anormaux au détriment de la population.

Une plus grande transparence, bien que non suffisante, est nécessaire. Et nous devons nous assurer que les régimes juridiques et les initiatives de gouvernance volontaire dans les industries du cobalt et d’autres industries extractives traitent de manière adéquate des questions telles que qui devrait être responsable de l’utilisation du travail des enfants dans les mines de cobalt pour le commerce du cobalt extrait des conflits.

Prince De Makele Mounguembou

University of Massachusetts Boston

Related posts

Leave a Comment