Très proche du clan Kabila et investi dans tous les pans de l’économie congolaise, le très influent homme d’affaires chinois Simon Cong doit démarrer dans les tout prochains jours les opérations sur un site de cuivre dans le Haut-Katanga.

Si les proches du clan de l’ancien président de RDC Joseph Kabila se font discrets du fait de la sortie de son parti de la coalition gouvernementale du chef de l’Etat actuel Félix Tshisekedi, leurs affaires sont pour certains toujours au beau fixe.

L’homme d’affaires chinois Cong Mao Huai, souvent appelé Simon Cong, qui est l’intermédiaire clé des affaires entre son pays natal et la RDC depuis plusieurs décennies, serait en train de lancer une usine de cuivre d’une capacité de 30 000 tonnes par an à proximité de Likasi, dans le Haut-Katanga. L’unité, alimentée par la mine adjacente, devrait également permettre de produire du cobalt.

Collaboration ratée avec Huayou, mais réussie avec Gécamines

C’est à travers l’entreprise New Minerals Investment que Simon Cong opèrerait ce projet. Ayant racheté des parts dans ce permis à la compagnie publique Gécamines, qui reste actionnaire minoritaire du site, Simon Cong avait envisagé au départ un partenariat avec le géant chinois, Huayou Cobalt. En décembre 2017, ce groupe opérant plusieurs mines en RDC avait conclu un accord avec New Minerals Investment en vue d’investir 66 millions de dollars dans le développement de la mine de cuivre et cobalt située non loin de Likasi. Toutefois, le prix du cobalt était alors en pleine envolée, à environ 75 000 dollars la tonne, avec un pic autour de 95 000 dollars la tonne atteint en avril 2018, avant de « replonger » à 30 000 dollars en 2019, poussant Huayou à revoir ses plans et à se retirer du projet.

Malgré cela, Simon Cong aurait décidé de poursuivre les opérations, recrutant une équipe pour réaliser les études nécessaires puis le chantier de construction de la mine et de l’usine. Contacté, Simon Cong n’a pas répondu à nos questions.

Proximité avec la famille Kabila

Installé depuis plus de vingt ans en RDC, Simon Cong est réputé proche des Kabila, et tout particulièrement du frère de Joseph, Zoé Kabila Mwanza Mbala. Ce dernier est gouverneur du fief de la famille, la province du Tanganyika (née de la division du Katanga), bien que son refus de rallier l’union sacrée autour du président Tshisekedi le fragilise et ait mené à la destitution de députés qui le soutiennent. Sa sœur Jaynet Kabila est quant à elle députée de la province.

Via la société qu’il contrôle, Dathomir Mining Resources, Simon Cong détient des parts dans l’un des projets présentés comme phares pour le développement du Tanganyika, le lithium de Manono. Celui-ci est opéré par la compagnie australienne AVZ Minerals et l’Etat congolais possède 25 % via l’entreprise publique Cominière. En septembre dernier, AVZ avait conclu un accord pour racheter les parts de Dathomir dans le projet, mais la transaction n’est pas encore finalisée.

Omniprésent dans les mines

AVZ était dirigé jusqu’en juin 2018 par l’homme d’affaires Klaus Eckhof, un serial investisseur dans le secteur minier de RDC, dont la société AJN Resources avait fait polémique en 2019 du fait d’un accord avec la firme publique Sokimo en vue du rachat de participations dans des permis d’or aux très riches ressources . Le lithium d’AVZ n’est pas le seul projet minier dans lequel Klaus Eckhof et Simon Cong ont été coactionnaires. Ils ont longtemps tous deux détenu des intérêts sur le gisement de Giro, dans l’Ituri, notamment avec Giro Goldfields et Amani Gold.

Simon Cong détient des intérêts dans de nombreux autres sites miniers en RDC. Dans le Tanganyika, une autre entité de Simon Cong, MCC Resources, avait acquis des périmètres de lithium, et il avait fondé les entreprises Société de mines d’Or Resources ainsi que MM Mining. Il avait par ailleurs conclu un partenariat via son entreprise Shining Mining avec l’entité publique Société de développement industriel et minier du Congo (Sodimico) pour développer le projet de cuivre et cobalt de Musoshi, dans le Haut-Katanga. 

Commerce, industrie et infrastructures…

Actif bien au-delà de l’industrie minière, Simon Cong a pu s’associer en affaires avec des businessmen influents de RDC. En 2016, la société dédiée au commerce Regal Sud Kivu a ainsi été créée. Ses dirigeants sont Simon Cong et Jean-Claude Damseaux, de la famille belge éponyme ayant créé un empire en RDC, en particulier dans l’agroalimentaire, avec le groupe Orgaman.

Simon Cong est également présent dans la fabrication de billes d’acier avec Da Tang Steel, les infrastructures électriques avec Katanga Energy Corp et Lualaba Centrale Hydraulique, le BTP via Hypnose, ou encore l’import-export à travers Ethiopian Consultant. Il est par ailleurs connu pour être le propriétaire du Kempinski Hôtel Fleuve Congo, l’un des plus grands établissements de Kinshasa.

 Africa Intelligence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.