Deux journées sans activités décrétées par la société civile.
Un calme apparent règne depuis la matinée de ce jeudi 27 Janvier 2022, au centre-ville de Beni, dans la commune de Mulekera, notamment à Kalinda, Kanzulizuli, Butsili et Ngongolio, contrées qui ont été les plus touchées par des soulèvements populaires contre l’État de siège depuis lundi dernier.
Si, sur le boulevard Nyamuisi et au centre-ville Matonge le trafic a repris timidement depuis lundi soir, c’est seulement ce mercredi soir qu’elle a repris dans les quartiers ci-haut cités. Depuis lors, Quelques taxi-motos et véhicules circulent sans être inquiétés.

Des vendeurs d’essence sont aussi visibles aux abords du boulevard et dans des quartiers. En revanche, des boutiques et magasins, hésitent encore d’ouvrir les portes.

Le bourgmestre de la commune Mulekera (Beni), la plus touchée par des nouvelles manifestations contre l’État de siège, du mercredi 26 Janvier 2022, a appelé les jeunes au calme et à plus de retenue pour que lesdites manifestations ne donnent plus lieu à des débordements. Le commissaire Ngongo Mayanga Dieudonné, appelle aussi les manifestants à évaluer les activités.

«Quand les jeunes manifestent et s’attaquent aux biens publics même des particuliers, c’est pas normal. Qu’ils trouvent le temps d’évaluer toutes leurs actions depuis des années. Est ce que ces actions ont vraiment ramené la paix à Beni, je crois que c’est non. Ces manifestations ont plutôt retardé le développement de notre commune et même la ville entière.C’est dans ce sens que j’appelle les uns et les autres à la retenue et au bon sens pour permettre que aux autorités de bien faire leur travail de restaurer l’autorité de l’État dans la zone» a indiqué Ngongo Mayanga, Bourgmestre de la commune Mulekera.

De nombreux jeunes qui manifestaient ont incendié lundi et mardi des motos appartenant aux particuliers et aux officiers de la police. Ils ont également vendalisé le bureau du quartier Butsili et Ngongolio.

Ils ont été dispersés par la police et les militaires FARDC, à coups de gaz lacrymogène et des tirs de sommation, pendant qu’ils tentaient d’ériger des barricades dans plusieurs artères aux quartiers Ngongolio, Butsili et Kalinda (Mulekera).

KAKULE SIKWAYA DEPUIS BÉNI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.