Les services de sécurité congolais ont arrêté mardi 11 janvier dernier Benjamin Kisokeranio, l’un des leaders des Forces démocratiques alliées (ADF) à Uvira (Sud-Kivu) alors qu’il tentait de rejoindre Bujumbura, au Burundi. 

Des sources FARDC indiquent qu’il a été capturé en possession d’un passeport congolais sur lequel il se nomme Djimy Kilalo Kasereka. Le porte-parole de Uganda people’s defence force (UPDF) a également confirmé cette arrestation.

« Il (Kisokeranio) était le chef d’une faction de l’ADF qui a prêté allégeance à Jamil Mukulu, n’étant pas d’accord avec Musa Baluku, le leader actuel », a déclaré le Major Ronald Kakurungu aux médias ougandais.

Des chefs ADF capturés, d’autres tués

Après Jamil Mukulu, Benjamin Kisokeranio est l’un des plus grands bonnets ADF tombés dans les filets des FARDC. D’autres leaders du mouvement ont également été donnés pour morts. C’est le cas de Kayiira Mohamed, tué en février 2018 dans la vallée de Mapobu dans des affrontements avec les FARDC. Deux ans plutôt, Rashid Hood Lukwago, commandant général des ADF, avait été tué en 2016 au cours d’une opération de l’armée congolaise à Kimbau dans le territoire de Beni, une année seulement après la mort d’un autre chef ADF Kasade Karume, tué en avril 2015 lors d’une attaque d’un camp rebelle à une centaine de kilomètres de Beni.

Infocongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.