Congo Airways, la compagnie aérienne nationale congolaise, connait la plus grande crise de son existence. La société créée en 2014 n’a plus qu’un seul avion pour couvrir le territoire national. Les destinations africaines ont été supprimées, les vols domestiques connaissent d’importantes perturbations entre retards et annulations.

À sa création, Congo Airways avait suscité beaucoup d’espoir. Désenclaver un territoire de 2 millions 300 milles km2 et conquérir le ciel africain. L’ambition était grande, mais les moyens n’ont pas suivi. Lancée avec quatre aéronefs dont deux Airbus A320, la flotte s’est étiolée avec le temps. Même les différents partenariats noués n’ont pas duré. Kenya Airways par exemple a résilié avant terme son contrat de leasing sur ses deux avions du constructeur aéronautique brésilien « Embraer ».

Aujourd’hui, un nouveau Directeur général intérimaire a été nommé. Un travail de relance a été annoncé. Il passera, selon le ministre des Transports, par la restructuration en profondeur de cette société commerciale qui continue à dépendre de l’État. Parallèlement, le gouvernement travaille au lancement d’une deuxième compagnie nationale. Elle s’appellera Air Congo. Une co-entreprise en collaboration avec Ethiopian Airlines. Sept avions sont attendus avant juillet dont 1 dreamliner, 3 Boeing 737 800 et 3 Dash 8.

RFI