RDC, Covid-19, Suspension des Cours, la Gratuité a sauvé plusieurs enseignants de la disette

Félix à Mokengeli

Programme phare du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, la gratuité qui a consisté à prendre en charge la paie des enseignants des écoles primaires du secteur public en lieu et place de la contribution habituelle des parents mettant ainsi fin au système vieil de plus 20 ans avait été  boudée par les enseignants des écoles nanties la jugeant pas encore à la hauteur de leurs primes habituelles. Cela était sans compter la donne covid-19.

C’est après moult menace de grève, des promesses que les professeurs des écoles primaires du secteur public en majorité de la capitale Kinshasa, avaient résolu d’enseigner avec espoir que leurs désidératas soient pris en compte durant cette année scolaire jusqu’à la prochaine rentrée scolaire.

Cependant c’était sans compter avec l’apparition du covid-19, qui est venu bouleverser tous les programmes institutionnels  mondiaux en général et congolais en particulier avec l’enseignement dans ces lots. La quasi-totalité des écoles privées, publiques, universités et instituts supérieurs ont fermés par peur de contagion.

C’est ici que la gratuite est devenu salvatrice pour les enseignants des écoles primaires du secteur public, un début de calvaire pour les enseignants du secteur privé.

En effet, l’arrêt des cours par les écoles privées a pour première conséquence la suspension des paiements des frais scolaires par les parents, avec comme corollaire l’impossibilité pour ces écoles de continuer à payer leurs enseignants. Voilà donc des enseignants claustrés dans leurs maisons sans sous.

Par contre dans les écoles du secteur public, ces enseignants tout en restant chez eux à la maison, continueront de  percevoir leurs salaires que les cours reprennent ou pas. Un avantage indéniable d’être payé par l’Etat.

Une mérite dû à l’actuel Chef de l’Etat, Felix Antoine Tshisekedi  qui sans être un prophète vient de sauver des milliers des professeurs de la disette, car ils sont payés pendant que leurs camarades du secteur privé sont impayés.

Si cette suspension des cours perdure, c’est plusieurs familles  qui vivront dans la misère et que l’Etat congolais doit chercher les moyens pour leur venir en aide.   

Roger Lazio

Related posts

Leave a Comment