RDC: Eddy Kapend Irungu, vie, études et parcours suite à la grâce présidentielle du 31 décembre 2020,

Eddy_kapend

Le président Félix Tshisekedi a accordé la grâce présidentielle à des personnes condamnées pour l’assassinat de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, père de son prédécesseur Joseph Kabila, en pleine crise politique en République démocratique du Congo, a-t-on appris samedi de la présidence congolaise.

En effet, bon nombre de détenus ont bénéficié d’une prise collective des mesures de  grâce présidentielle en cette début de l’année 2021. Certains d’entres-eux ont vu leur peine être réduite et d’autres, par contre, ont été réjouis de la commutation de la peine de mort à la peine de servitude pénale à perpétuité. Bien plus, d’autres cas de servitude pénale à perpétuité ont été ramenés à une condamnation de 20 ans de prison, indique l’arrêté.

Biographie Eddy Kapend

Eddy Kapend Irung, né au Katanga en 1960 âgé aujourd’hui de 61 ans, il était aide du camp au moment de la mort de feu Laurent-Désiré Kabila.

Eddy Kapend, est licencié en philosophie et en droit de l’Université de Lubumbashi, il a travaillé dans l’administration sous le régime de feu Maréchal Mobutu. Ensuite, il a suivi une formation militaire en Angola au sein des Tigres Katangais, il s’est même rapproché de l‘Union des fédéralistes et des républicains indépendants dans les années 1990.

Relais de l’influence de l’Angola en RDC, il exfiltre le président Kabila pendant l’attaque rwandaise sur Kinshasa  en août 1998 et gagne sa confiance. Il remplace Joseph Kabila, fils de Laurent-Désiré Kabila, au poste de chef de l’armée congolaise le 20 octobre 1998, après que celui-ci a brièvement remplacé Célestin Kifwa. Il devient quelques mois plus tard aide du camp du président.

Le 16 janvier 2001, Eddy Kapend découvre Laurend-Désiré Kabila assassiné par Rashidi Mizele, son garde du corps. Ce dernier est immédiatement abattu par les soldats de garde. Avec le général Yav Nawej Jean, le colonel Kapend travaille à l’ascension de Joseph Kabila comme successeur de son père. Le 24 février, il est arrêté et mis au secret.

Une enquête est ouverte pour déterminer l’implication d’Eddy Kapend dans l’assassinat : il est accusé d’avoir tué le meurtrier, dissimulé l’arme du crime et manœuvré pour prendre le pouvoir. D’après Kapend, le meurtrier se serait suicidé et il accuse son accusateur, le procureur militaire et colonel Charles Alamba.

Il se trouve que Eddy Kapend et certains de ses co-accusés bénéficient de la grâce présidentielle du 31 décembre 2020 qui est une mesure d’une portée générale avec un caractère impersonnel », a déclaré à l’AFP Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle.

VOA and Digital

Related posts

Leave a Comment