La sortie d’Albert Yuma, patron de la Gécamines et de la Fédération des entreprises du Congo, au sujet des artisans miniers, lors de sa venue début juillet dans le Sud-Kivu, n’a pas plu aux supporteurs du président du Sénat congolais, Modeste Bahati.

Les membres de la section Sud-Kivu de l’Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC), parti ayant rejoint en début d’année l’union sacrée autour du président congolais Félix Tshisekedi, ne semblent pas avoir goûté le discours prononcé par Albert Yuma le 2 juillet, lors de son voyage dans la province. Rassemblés quelques jours plus tard pour leur réunion hebdomadaire, à laquelle assistait l’ex-ministre provincial des mines Apollinaire Bulindi, ils ont affirmé que certaines personnes cherchaient à faire pression et à s’attaquer aux biens du chef de leur parti, Modeste Bahati Lukwebo, par ailleurs président du Sénat. Des termes visant à demi-mot Albert Yuma.

Celui-ci, président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et de la compagnie publique minière Gécamines, a saisi l’occasion de son déplacement au Sud-Kivu pour se rendre sur le gisement de Luhihi, à proximité de Bukavu, exploité depuis plusieurs mois par une foule d’artisans miniers attirés par ses vastes ressources en or . Il a appelé à ce que l’extraction sur le site profite enfin aux creuseurs artisanaux, qui font face à de multiples problèmes comme le manque de financements et des coûts d’exploitation élevés. Une phrase que certains à la section Sud-Kivu de l’AFDC ont interprétée comme allant à l’encontre des intérêts de Modeste Bahati. Politicien, mais aussi homme d’affaires, ce dernier aurait pour projet de lancer une exploitation d’or avec des machines – donc non artisanale – sur une partie du gisement de Luhihi, bien qu’il n’ait pas souhaité confirmer l’information ni répondre à nos questions à ce sujet .

Albert Yuma est l’une des personnalités congolaises soutenant encore l’ex-président Joseph Kabila, dont l’AFDC était un allié avant d’intégrer l’union sacrée.

 Africa Intelligence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.