Un pasteur américain arrêté au Rwanda a critiqué le gouvernement pour ses «pratiques païennes»

NAIROBI, Kenya – Un missionnaire américain qui dirigeait une église évangélique conservatrice et une station de radio au Rwanda a été arrêté lundi à Kigali, la capitale du pays, avant de pouvoir tenir une conférence de presse pour dénoncer le gouvernement qui réprimait des églises comme la sienne.

Le révérend Gregg Schoof est l’un des nombreux pasteurs évangéliques déclarés qui ont reproché au gouvernement rwandais de permettre l’accès à l’avortement et au contrôle des naissances et d’avoir enseigné l’évolution. Il a été arrêté pour avoir tenté de tenir une conférence de presse sans autorisation, a déclaré Modeste Mbabazi, porte-parole du Bureau des enquêtes sur le Rwanda.

M. Schoof a déplacé sa famille de l’Indiana au Rwanda il y a 16 ans, presque une décennie après le génocide qui a tué un million de personnes. Il a établi une église baptiste et Amazing Grace Christian Radio. Mais le gouvernement du président Paul Kagame l’année dernière a révoqué la licence de sa station, fermé son église et récemment refusé de renouveler les visas de M. Schoof et de sa famille, a déclaré M. Schoof.

«Je ne suis pas venu ici pour combattre le gouvernement. Je suis venu prêcher l’Évangile », a déclaré M. Schoof dans une déclaration qu’il avait présentée lors d’une conférence de presse qu’il avait présentée. « Mais ce gouvernement a pris position contre Dieu avec ses pratiques païennes. »

Le gouvernement rwandais mène une vaste campagne de répression contre les institutions religieuses du pays, en fermant des milliers d’églises et des dizaines de mosquées, en les accusant souvent de ne pas se conformer aux normes de sécurité des bâtiments. La plupart des églises fermées sont de petits groupes pentecôtistes qui se réunissent dans des tentes ou des bâtiments fragiles. Certaines prêchent une sorte d’évangile de la prospérité qui encourage les fidèles à faire des dons qui dépassent leurs moyens.

Les pasteurs qui ont protesté contre les bouclages ont été arrêtés et des défenseurs des droits de l’homme ont accusé M. Kagame d’avoir violé les droits religieux et la liberté d’expression.

L’organisme de réglementation des télécommunications du Rwanda a révoqué la licence de la station de radio de M. Schoof en 2018 après avoir diffusé un sermon dans lequel un pasteur a été entendu qui dénigrait les femmes, en les traitant de mal, a déclaré l’organisme de réglementation. Le Rwanda exerce un fort contrôle sur les médias depuis le génocide de 1994, qui a été en partie provoqué par des émissions de radio incendiaires.

M. Schoof a porté l’affaire devant les tribunaux, mais il a déclaré que l’affaire n’avait pas encore été entendue. Dans sa déclaration, M. Schoof a déclaré que le sermon du pasteur sur les femmes «diaboliques» avait été sorti de son contexte. Il a dit que le pasteur avait prêché contre les mauvaises églises – pas les mauvaises femmes – et que les médias locaux avaient repris le comportement du gouvernement.

On Monday, Mr. Schoof had planned to give a news conference, issuing a news release saying he would “update all about the radio being closed, court cases, and other things.” But the manager of the bar where he planned to speak asked him to show government authorization to hold the meeting, and he didn’t provide it, a police spokesman John Kabera told a local newspaper, The New Times.

Mr. Kabera said in an interview with The New York Times that Mr. Schoof “was arrested for disturbing public order.”

Mr. Schoof could not be reached for comment.

In the statement he was planning to read for the press, Mr. Schoof faulted the government for closing churches and his radio station, arresting pastors, teaching evolution, allowing abortion and distributing condoms to young people.

He wrote, “Is this government trying to send people to hell?”

Until last year, Rwanda imprisoned women accused of having abortions. But a law passed last year allowed abortion in cases of rape, forced marriage, incest, or when the pregnancy posed a health risk to the mother. Earlier this year, Mr. Kagame ordered the release of nearly 400 women and girls who had been jailed for having or aiding in abortions.

Mr. Schoof said he and his family planned to move to Kampala, Uganda, this month. On Monday night, the minister was still in custody, the spokesman for the Rwanda Investigation Bureau said.

By Carlos Mureithi New-York Times


Leave a Comment