VITAL KAMERHE POURRAIT BÉNÉFICIER D’UNE LIBERTÉ PROVISOIRE CE MERCREDI

vital_kamhere

En détention préventive il y a une semaine, le directeur du cabinet du Chef de l’Etat pourrait bénéficier d’une liberté provisoire, ce mercredi 15 avril, au niveau de la Cour d’appel de Kinshasa-Matete, rapporte l’  » ACP « . Les juges d’appel ont statué sur cette affaire, hier mardi, au cours d’une audience foraine à la prison centrale de Makala, sur demande des avocats de la défense. Ils ont pris l’affaire en délibéré pour un délai de 24 heures.Les avocats du président de l’Union pour la nation congolaise avaient interjeté appel en rapport avec la décision du tribunal de paix de Kinshasa-Matete refusant d’accorder la liberté provisoire à leur client. Les juges d’appel vont ainsi rendre leur jugement sur la décision prise par le tribunal de paix de Kinshasa-Matete, qui avait siégé en chambre de conseil le samedi 11 avril dernier.Les juges du tribunal de paix avaient, aux termes de cette audience en chambre de conseil, décidé de la mise en détention préventive du président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) pour une durée de 15 jours, conformément à la loi. Cette audition s’inscrivait dans le cadre de l’enquête sur le dossier détournement des fonds destinés à l’exécution du programme d’urgence de 100 jours du président Félix-Antoine Tshisekedi.Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe, a été mis sous mandat d’arrêt provisoire (MAP) par le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Matete, le 8 avril 2020. Après le rejet de la demande de sa mise en liberté provisoire au niveau du tripaix de Matete, il devait rester encore 15 jours en détention pour raison d’enquêtes. Et pendant ce temps, l’inculpé sera confronté aux autres prévenus pour permettre à la justice de se faire toute la lumière sur cette affaire de détournement.L’Union pour la nation qui a dénoncé un acharnement sur la personne de Vital Kamerhe, président du parti, après son arrestation, s’est ressaisie par après, appelant ses militants au calme. La direction de l’UNC dit faire confiance à la justice congolaise, tout en restant vigilant sur le déroulement de ce procès. Ils appellent les juges à faire preuve de plus d’équité, d’impartialité et de justice. 

MOLINA/Forum des As

Related posts

Leave a Comment