« Congolité » et « Zambianité » : Mythe de la Citoyenneté cas de Katumbi et de Kenneth Kaunda

La RD Congo fera débattre une loi qui va répéter la blessure que Kenneth Kaunda a subie toute sa vie. 

Une proposition est actuellement en cours à l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo pour modifier les lois sur la citoyenneté congolaise. Les changements, s’ils sont adoptés, limiteront la citoyenneté congolaise aux Congolais « purs » et interdiront à ceux qui sont perçus comme étant des Congolais « impurs » de briguer la présidence de la république. La tentative, bien sûr, est d’essayer d’empêcher un certain Moïse Katumbi Chapwe de se présenter à la présidence du Congo. M. Katumbi serait né d’une mère Lunda-Kazembe et d’un père d’origine juive. Récemment, la tribu royale des Basanga, a également prétendu être la lignée directe de la mère de M. Katumbi. Le fait qu’une seule personne puisse être revendiquée à la fois par la lignée royale Lunda-Kazembe et Basanga mérite une époque à part. Mais pour l’instant, il faut s’attarder sur cette loi draconienne envisagée par l’assemblée nationale de la R.D. Congo.

StopperKatumbi est une chose. Mais utiliser la loi pour profaner les instruments sacrés du Congolisme est non seulement mal mais inacceptable. Ce qui se passe au Congo n’est pas différent de ce que la Zambie a essayé de faire concernant Kenneth David Kaunda. Il est assez choquant que le même mois où la Zambie pleurait le décès de Kenneth Kaunda, la RD Congo faisait débattre une loi qui répéterait la blessure que Kenneth Kaunda a subie toute sa vie. Mais où commence l’histoire ? Pour répondre à cette question, il faut remonter au début ou au milieu de l’histoire – le mythe d’être indigène.

Après l’indépendance, une grande partie de l’Afrique a adopté un mythe d’indigénéité. Sous ce mythe, les pays africains en sont venus à croire collectivement que pour favoriser l’unité nationale, il était nécessaire de créer une certaine solidité nationale. Et là où il n’en existait pas, les dirigeants des pays africains ont décidé d’inventer le mythe. Ça s’est passé comme ça. La Zambie est devenue un pays indépendant. Pour appartenir à ce pays, nous devons être de « purs » Zambiens. Et ceux qui sont perçus comme impurs ne devraient avoir aucun rôle dans la gouvernance du pays ou devraient être traités comme des citoyens de seconde zone. Même si ces citoyens devenaient légalement citoyens de Zambie, ils ne seraient toujours pas assez purs, et la société continuera à les discriminer et à les punir pour ne pas être assez « autochtones ».

Et ainsi, après l’indépendance, le Malawi et la Zambie, en tant qu’anciens protectorats britanniques, ont proposé ces lois strictes d’indigénéité comme voie vers la citoyenneté légitime dans les pays respectifs. Cependant, ce test d’indigénéité ne convenait pas aux réalités africaines. Pour s’intégrer dans ce récit, les Africains devaient mentir ou vivre un mensonge. Il était évident que les frontières coloniales avaient divisé les peuples et les tribus en deux ou trois frontières coloniales quelques années plus tôt. Cela étant, il serait pour le moins fallacieux d’insister sur une citoyenneté pure, car il n’y avait aucune chance que les tribus transfrontalières et leurs peuples appartiennent à un seul pays. Et donc, pour s’intégrer dans ce récit – les gens des tribus voisines devaient s’intégrer et guider leurs histoires en conséquence.

Kenneth Kaunda, qui avait clairement une lignée malawite, n’était plus malawite – mais est devenu un Bemba de Chinsali, et il a insisté sur cette identité et cette seule identité. Toute mention du Malawi était inacceptable, et lorsque la pression montait – Kaunda a été contraint de « renoncer » à sa citoyenneté malawite en 1972. Et pourquoi cela serait-il nécessaire ? Parce que dans une nation qui définit la citoyenneté en termes puristes et puritains, être malawite n’était pas le bienvenu et ne pouvait pas se comporter avec le fait d’être zambien. L’indigénéité était la citoyenneté, et la citoyenneté devait être pure !

Tout comme les dirigeants africains veulent promouvoir cette indigénéité comme précurseur de la citoyenneté, ils promeuvent en même temps une Afrique unie. Nationalistes, indigénisateurs chez eux, mais rassembleurs et panafricanistes à Addis-Abeba. C’est peut-être la dissonance cognitive la plus remarquable que subissent les mémoires collectives de tous les Africains. L’idée que nous mettions la même énergie à nous diviser tout en cédant au mythe de l’unité transcontinentale.

Et donc, tout ce qui se passait au Malawi et en Zambie – se produisait également en Afrique où le droit commun n’existe pas. Le Congo – à ce moment-là – a proposé des lois sur la citoyenneté qui étaient tout aussi indégénérées. Une personne serait qualifiée pour être congolaise si cette personne est née au Congo et liée à une tribu au Congo. Ceux qui ne satisfaisaient pas à ce critère autochtone pourraient être des Congolais tout à fait corrects – mais ils seront toujours des citoyens de seconde zone. Et donc – les Congolais d’origine rwandaise, zambienne ou angolaise n’étaient pas des « purs Congolais », de même que les Congolais d’origine belge ou juive. Par conséquent, pour certains Congolais, Katumbi restera toujours un citoyen de seconde zone car sa mère est Lunda-Kazembe ; et son père est juif.

Il fut un temps où c’était aussi le problème en Zambie, avec le président que nous venons de pleurer. La solution à cette situation n’est pas le déni. Le déni des réalités africaines notoires ne fera qu’augmenter l’ambiguïté et l’exploitation du bon sens. Et si nous changions le récit et supprimions ce fardeau de l’indigénéité et acceptions peut-être qu’être africain n’a rien à voir avec l’indigénéité mais l’hybridité ? Le fait qu’il y a un bon nombre de nos concitoyens qui ne rentrent pas dans notre définition de l’indigénéité, mais qu’ils sont quand même des citoyens – et avec une pleine responsabilité et obligation de citoyenneté ?

Parce que dans une nation qui définit la citoyenneté en termes puristes et puritains, être malawite n’était pas le bienvenu et ne pouvait pas se comporter avec le fait d’être zambien. L’indigénéité était la citoyenneté, et la citoyenneté devait être pure !

Tout comme les dirigeants africains promeuvent cette indigénéité comme précurseur de la citoyenneté, ils promeuvent en même temps une Afrique unie. Nationalistes, indigénisateurs chez eux, mais rassembleurs et panafricanistes à Addis-Abeba. C’est peut-être la dissonance cognitive la plus remarquable que subissent les mémoires collectives de tous les Africains. L’idée que nous mettions la même énergie à nous diviser tout en cédant au mythe de l’unité transcontinentale.

Et donc, tout ce qui se passait au Malawi et en Zambie – se produisait également en Afrique où le droit commun n’existe pas. Le Congo – à ce moment-là – a proposé des lois sur la citoyenneté qui étaient tout aussi indégénérées. Une personne serait qualifiée pour être congolaise si cette personne est née au Congo et liée à une tribu au Congo. Ceux qui ne satisfont pas à ce critère autochtone pourraient être des Congolais tout à fait corrects – mais ils seront toujours des citoyens de seconde zone. Et donc – les Congolais d’origine rwandaise, zambienne ou angolaise n’étaient pas des « purs Congolais », de même que les Congolais d’origine belge ou juive. Par conséquent, pour certains Congolais, Katumbi restera toujours un citoyen de seconde zone car sa mère est Lunda-Kazembe ; et son père est juif.

Il fut un temps où c’était aussi le problème en Zambie, avec le président que nous venons de pleurer. La solution à cette situation n’est pas le déni. Le déni des réalités africaines notoires ne fera qu’augmenter l’ambiguïté et l’exploitation du bon sens. Et si nous changions le récit et supprimions ce fardeau de l’indigénéité et acceptions peut-être qu’être africain n’a rien à voir avec l’indigénéité mais l’hybridité ? Le fait qu’il y a un bon nombre de nos concitoyens qui ne rentrent pas dans notre définition de l’indigénéité, mais qu’ils sont quand même des citoyens – et avec une pleine responsabilité et obligation de citoyenneté ? Nous devrions peut-être désamorcer le mensonge et vivre avec la vérité selon laquelle un Kaunda malawite est zambien – comme tout autre Zambien, et l’hybridité n’est pas un handicap. S’il faut s’excuser auprès de Kenneth Kaunda, c’est ce mythe que lui et ses amis avaient construit autour du zambien, du malawite ou même du congolisme, qui ne laissait aucune place à la célébration de l’héritage double ou hybride de son propre père.

Dans le cas du Congo, un immense pays multi-tribal de la RD Congo interdit toujours la double nationalité aujourd’hui. En d’autres termes, même si le pays est compliqué et aussi divers que soit sa population – le Congo vit toujours le mensonge selon lequel tous les Congolais doivent être citoyens du Congo uniquement – ​​et cette citoyenneté doit être basée sur certaines nuances d’indigénéité.

Ce mythe, cette honte, a conduit à cette proposition de loi actuelle, qui va continuer à dégrader les Congolais en particulier, et les Africains en général, en différentes classes de citoyenneté et disqualifier ceux qui n’obtiennent pas le grade. D’une manière normale de voir ces choses – Felix Tshisekedi n’est pas différent de Moise Katumbi Chapwe – ils sont tous deux citoyens de leur biso bien-aimé. Et peu importe l’hybridité, Katumbi-Chapwe reste aussi congolais qu’ils viennent. Il est donc temps pour le Président de la RD Congo de mettre un terme catégorique aux rumeurs de cette proposition de loi, tant elle est franchement nauséabonde.

Nous ne pouvons pas être africains – et pourtant continuer à faire des choses qui trahissent l’hybridité même d’une identité africaine.

Tribune d’Elias Munshya

 elias@munshyalaw.com

Related posts

Leave a Comment