forêt dense

Le ministre de l’Environnement de la République démocratique du Congo a déclaré jeudi que le pays avait l’intention d’interdire toutes les exportations de grumes et de mettre en œuvre d’autres mesures pour réduire les menaces pesant sur sa forêt tropicale humide absorbant le carbone, un rempart majeur contre le changement climatique.

Abritant la majorité de la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, le Congo est sous pression pour améliorer la gestion des forêts et freiner un taux élevé de déforestation qui a doublé au cours de la dernière décennie, selon les chiffres de l’ONU.

La ministre de l’Environnement Eve Bazaiba a annoncé la suspension des exportations de grumes aux journalistes dans la capitale Kinshasa, mais n’a pas précisé quand elle entrerait en vigueur.

« Cela nous permet non seulement de permettre la restauration naturelle, mais aussi un programme de reboisement que nous avons avec tous nos partenaires techniques, financiers et de développement », a-t-elle déclaré.

La forêt tropicale du bassin du Congo, dont 60% se trouve au Congo, aspire environ 4% des émissions mondiales de dioxyde de carbone de l’atmosphère chaque année, selon l’Initiative pour les forêts d’Afrique centrale.

Le projet du ministère de l’Environnement de lever un moratoire de 2002 sur les nouvelles concessions d’exploitation forestière industrielle a consterné les groupes environnementaux et les scientifiques, qui ont mis en garde contre des impacts environnementaux, sociaux et climatiques catastrophiques.

Plus tôt ce mois-ci, le président Félix Tshisekedi a ordonné un audit de tous les contrats d’exploitation forestière existants dans le but de mettre de l’ordre dans le secteur mal réglementé.

« Nous ne voulons plus de contrats avec des partenaires venus couper sauvagement nos forêts, nous retirerons ce type de contrats« , a déclaré Bazaiba.

En 2018, les plus grands marchés du Congo pour les produits du bois en valeur étaient le Vietnam, l’Union européenne et l’Association européenne de libre-échange, et la Chine, selon Forest Trends, un groupe de conservation basé aux États-Unis.

Par Hereward Holland; édité par Aurora Ellis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.