primature

Eurasian Resources Group a demandé aux autorités congolaises de reconsidérer une interdiction de trois mois imposée aux opérations de cuivre et de cobalt de son unité Boss Mining après que le gouvernement a accusé le mineur de polluer l’environnement.

Le ministère des Mines de la République démocratique du Congo a temporairement interrompu les opérations de Boss Mining dans la province du Katanga, après des inondations en mars qui ont causé « d’énormes dégâts environnementaux » et des pertes en vies humaines, a-t-il déclaré dans un communiqué le 2 juin.

ERG a imputé l’incident aux fortes pluies qui, selon elle, ont submergé les barrages de résidus tiers en hauteur, entraînant un débordement dans l’installation de stockage d’eau de Boss Mining et inondant les rives en aval de la rivière Kakanda. Une enquête ultérieure menée par des agences d’État et la société n’a trouvé aucune preuve de pollution, a déclaré ERG.

« Nous rejetons toute rumeur de tiers sur la pollution », a déclaré ERG Africa à Reuters .

« L’incident s’est produit loin de l’usine de traitement, ce qui exclut toute forme de pollution. Les averses torrentielles du 21 au 22 mars étaient en effet imprévues et ont conduit au premier incident de cette nature et de cette ampleur. L’analyse de l’eau effectuée après la catastrophe n’a confirmé aucune pollution.

Les sociétés minières qui polluent l’environnement du plus grand producteur de cuivre d’Afrique et premier fournisseur mondial de cobalt ne resteraient pas impunies, a déclaré Antoinette N’Samba Kalambayi, ministre des Mines dans le communiqué. Le ministre a également accusé ERG d’opérer avec un certificat d’autorisation environnementale expiré et a averti que l’interdiction de trois mois pourrait être prolongée.

Alors qu’ERG a déclaré avoir fourni un soutien financier et médical ainsi que des fournitures d’urgence aux victimes des inondations, Kalambayi a déclaré que l’entreprise devait prendre des mesures pour réparer les dommages subis par les communautés. Pourtant, la fermeture temporaire des opérations aurait un impact sur une partie de la production de cuivre et de cobalt d’ERG et toucherait également les travailleurs, les fournisseurs et les communautés de l’entreprise, a-t-il déclaré.

« Boss Mining espère que le ministre reconsidérera cette décision de suspension car il n’y a pas eu de pollution et pour tout le reste il y a un remède spécifique », a-t-il déclaré.

Selon Emmanuel Umpula, directeur exécutif d’African Natural Resources Watch, le barrage des opérations de Boss Mining à Kakanda a été percé à trois reprises en mars et avril, ce qui a eu un impact négatif sur les communautés environnantes et l’environnement.

« Il y a même eu des morts », a déclaré Umpula à Reuters . « Les autorités auraient pu réagir plus rapidement. À ce jour, aucun processus n’a été mis en place pour identifier ceux qui ont perdu des membres de leur famille ou des biens.

Par Felix Njini;édité par David Evans