Le « bâtisseur du Lualaba » Richard Muyej en conflit avec la société Tetraktys Africa au sujet de la rénovation de l’aéroport de Kolwezi

Richard Muyej

Le gouverneur de la province du Lualaba, Richard Muyej, a maille à partir avec la société grecque Tetraktys, dont il a résilié le contrat pour la rénovation de l’aéroport de Kolwezi.

Propriété de l’entrepreneur grec Efstathios Skoulikas, la société Tetraktys Africa a esté en justice en décembre dernier auprès du tribunal de commerce de Kinshasa afin de réclamer 50 millions de dollars de dommages et intérêts auprès de la Régie des voies aériennes (RVA). Cette dernière est accusée par l’entreprise d’avoir résilié illégalement son contrat pour la rénovation de l’aéroport de Kolwezi.

Le « bâtisseur du Lualaba »

Ce projet est ardemment porté par le gouverneur Richard Muyej, qui dirige depuis 2016 la province du Lualaba – issue de l’éclatement de l’ex-grand Katanga. Ce proche de l’ancien président congolais Joseph Kabila, dont il a été ministre à plusieurs reprises, cherche à doter sa province d’infrastructures compétitives par rapport à celles de son voisin du Haut-Katanga. L’autoproclamé « bâtisseur du Lualaba » entend notamment transformer le site de Kolwezi en aéroport international susceptible de concurrencer celui de Lubumbashi.

En novembre 2016, un accord préliminaire avait été signé par le gouverneur avec Tetraktys Africa, qui prévoyait de moderniser l’équipement pour environ 21 millions de dollars. L’entreprise n’avait alors aucune autre réalisation à son actif dans le pays. Moins d’un an plus tard, un nouvel accord était conclu avec la RVA, en présence de son directeur Abdallah Bilenge – celui-ci est actuellement en détention provisoire pour des faits présumés de détournements de fonds -, qui a alors confirmé le projet.

Révision du projet

Les trois parties se sont retrouvées en septembre 2018 pour signer le contrat de rénovation et de construction, dont le coût était désormais estimé à environ 69 millions de dollars. Les travaux, qui pouvaient enfin débuter, ont été stoppés net en mars 2019 par Richard Muyej – une décision entérinée par la RVA sept mois plus tard. Estimant que les délais n’étaient pas tenus, le gouverneur a choisi d’écarter Tetraktys du chantier, qu’il estimait incapable de préfinancer et de réaliser les travaux. A cette date, la province a dépensé environ 1,6 million de dollars pour financer les études.

Depuis, Richard Muyej a confié le marché à Safricas (Société africaine de construction au Congo). Propriété de la puissante famille Blattner, cette dernière attend encore la signature du contrat définitif avec les autorités. Entre-temps, elle pourrait s’opposer à un concurrent potentiel, le Groupe Forrest, qui a entreposé, selon nos informations, plusieurs containers sur le site du chantier. Les réalisations de Safricas dans le domaine aéroportuaire sont en outre limitées. Elle avait notamment vu son contrat pour l’aéroport de Goma résilié pour non-performance, avec un taux d’exécution de seulement 17 %. 

Africa Intelligence

Related posts

Leave a Comment