Le concentrateur Kamoa-Kakula d’Ivanhoe dépasse l’objectif de débit de conception

Kamoa_production

Le concentrateur Kamoa-Kakula d’Ivanhoe dépasse l’objectif de débit de conception

Membres de l’équipe de construction de Kamoa-Kakula. Image d’Ivanhoé.

Ivanhoe Mines (TSX : IVN) affirme qu’après la première phase de construction du concentrateur, l’installation dépasse les débits prévus, traitant 320 000 tonnes de minerai au cours du mois se terminant le 20 septembre.

La capacité nominale est de 315 000 tonnes par mois avec une teneur de tête de 6 % de cuivre. La production de cuivre pour le mois a atteint un record de 16 010 tonnes.

La société affirme que le concentrateur de phase 1, situé en République démocratique du Congo, traitera 3,8 millions de tonnes de minerai par an. L’usine a traité 384 000 tonnes de minerai titrant 5,6 % de cuivre en septembre, dont 141 000 titrant 7,32 % de cuivre provenant du centre de la mine Kakula. Les stocks de surface ont atteint 3,66 millions de tonnes titrant 4,73 % de cuivre.

La teneur moyenne en concentré flottant était de 55,7 % de cuivre, contre 48 % en août. Au total, 46 764 tonnes de cuivre ont été produites au cours des neuf premiers mois de 2021.

Le taux de récupération du cuivre flottant quotidiennement était de 85,1 % au cours du mois, contre 83 % en août. Un taux de récupération de cuivre record quotidien de 88,3 % a été atteint le 12 septembre, et un record quotidien de production de cuivre flottant de 721 tonnes a été établi le 15 septembre. Un taux de broyage record quotidien de 12 596 tonnes (la capacité nominale est de 10 500 t/j ) et un record quotidien de broyage de 14 778 tonnes a été atteint le 27 septembre.

Pour l’avenir, Ivanhoe s’attend à des résultats encore meilleurs.

« Un certain nombre d’ajustements supplémentaires sont intégrés au circuit de traitement de la première phase, ce qui permettra au concentrateur d’obtenir de meilleurs résultats au cours du prochain trimestre. Ces ajustements, qui seront également intégrés dans le circuit de traitement de la phase deux, devraient nous positionner pour atteindre la production de cuivre de 2021 dans la limite supérieure de nos prévisions précédentes de 80 000 à 95 000 tonnes. Cela nous donne la confiance nécessaire pour augmenter la gamme de 85 000 à 95 000 tonnes », a déclaré Mark Farren, PDG de Kamoa Copper.

Plus de capacité de broyage

La mise en service d’un filtre à concentrés supplémentaire est accélérée dans l’usine. Cela tirera parti des qualités d’alimentation en cuivre et des taux de broyage dépassant la conception. Le filtre supplémentaire doit être pleinement opérationnel début octobre. Le concentrateur devrait alors produire plus que la capacité nominale de 200 000 tonnes de cuivre par an au cours de la première phase d’exploitation.

La construction de la phase deux est achevée à plus de 50 % et l’accent immédiat est mis sur l’érection et l’installation de la charpente métallique, de la mécanique, de la tuyauterie et des tôles. La deuxième usine aura une capacité annuelle de 3,8 millions de tonnes, correspondant à la première usine.

Une étude est également en cours pour la troisième phase de construction du concentrateur. Les travaux porteront sur la capacité de production minière et les coûts, y compris les installations agrandies dans les gisements de Kansoko, Kamoa North, Bonanza et Kakula West. Le dimensionnement optimal de l’usine de la phase trois sera également décidé.

Le projet de cuivre Kamoa-Kakula est une coentreprise de l’opérateur et propriétaire à 39,6 % d’Ivanhoe Mines et de ses partenaires Zijin Mining Group (39,6 %), Crystal River Global (0,8 %) et du gouvernement de la République démocratique du Congo (20 %).

canadianminingjournal.com/news/ivanhoes-kamoa-kakula-concentrator-beating-design-throughput-target/

Related posts

Leave a Comment