Les juges de la Cour internationale de justice ont décidé mercredi que l’Ouganda devait verser 325 millions de dollars de réparations à la République démocratique du Congo pour son rôle dans les conflits dans la province congolaise de l’Ituri, riche en ressources naturelles.

« La Cour fixe le montant total des réparations accordées à la République démocratique du Congo, soit 325 millions de dollars », a déclaré la juge présidente Joan Donoghue.

L’Ouganda doit payer cette somme en cinq versements annuels de 65 millions de dollars à compter de septembre de cette année, a-t-elle ajouté.

Le montant total des dommages-intérêts est bien inférieur aux plus de 11 milliards de dollars que le Congo avait demandés, mais le tribunal a rejeté plusieurs demandes, notamment toutes les demandes de dommages macroéconomiques, estimant que les preuves étaient insuffisantes pour étayer les calculs du Congo.

Ce différend de longue date a été porté pour la première fois devant la plus haute juridiction des Nations unies en 1999.

Après une longue procédure, la Cour a jugé en 2005 que l’Ouganda avait violé le droit international en occupant certaines parties de la province orientale du Congo avec ses propres troupes et en soutenant d’autres groupes armés pendant la guerre qui a fait rage de 1998 à 2003.

Le tribunal a ordonné aux voisins africains de négocier des réparations, mais en 2015, le Congo est revenu devant le tribunal, affirmant que les discussions étaient au point mort. Mercredi, le tribunal a statué sur le montant final de la compensation.

Les décisions de la CIJ, qui traite des différends entre États, sont définitives et sans appel.

Avec Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.