Morales décrit la répression des manifestations par le nouveau gouvernement bolivien comme un « génocide »

L’ancien président a de nouveau demandé à la communauté internationale de contribuer à la résolution de la crise en Bolivie.

MOSCOU, le 20 novembre. / TASS /. L’ex-président bolivien Evo Morales a comparé la répression du gouvernement intérimaire à l’égard des manifestations avec un génocide mercredi lors d’une conférence de presse à Mexico où il avait reçu l’asile politique.

« Nous avons eu environ 30 morts en Bolivie après le coup d’Etat. Ce massacre fait partie du génocide qui se déroule actuellement dans notre chère Bolivie. Mes frères et sœurs sont en train d’être tués là-bas », a déclaré Morales, dont le discours a été retransmis en direct la chaîne de télévision Telesur.

L’ancien président a de nouveau demandé à la communauté internationale de contribuer à la résolution de la crise en Bolivie.

« Nous appelons les organisations internationales et les bureaux, ainsi que <…> le pape François, les Nations unies et d’autres à créer la Commission de vérité chargée d’examiner les élections du 20 octobre », a déclaré Morales, qui a nié toute violation de la loi processus de décompte des voix.

Les élections présidentielles en Bolivie se sont tenues le 20 octobre. Selon le Tribunal électoral suprême, le président en exercice, Evo Morales, a remporté le premier tour. Son principal concurrent, Carlos Mesa, a déclaré qu’il ne reconnaissait pas la victoire de Morales au premier tour. Après l’annonce des résultats des élections, des manifestations et des grèves à grande échelle ont été organisées dans tout le pays.

Le 10 novembre, Morales a annoncé sa démission et a qualifié la situation dans le pays de coup d’État. Les forces armées, l’opposition et les syndicats du pays lui avaient demandé de quitter son poste. Le vice-président Alvaro Garcia Linera et plusieurs ministres et membres du parlement ont également démissionné.

Les autorités mexicaines ont accordé l’asile politique à Morales. Morales est arrivée au Mexique le 12 novembre. Plus tard dans la journée, la sénatrice bolivienne Jeanine Anez s’est déclarée présidente par intérim.

Les partisans de Morales ne la reconnaissent pas, bien que la Cour constitutionnelle ait confirmé la légitimité de la transition de pouvoir. Selon les défenseurs des droits de l’homme, une trentaine de personnes sont mortes dans le pays depuis le début des manifestations et plus de 500 ont été blessées.

TASS

Related posts

Leave a Comment