RDC: La « bulle » de cobalt va éclater  » (Louis Watum, Président de la Chambre des Mines)

La demande de cobalt est une bulle qui va éclater à mesure que la nouvelle technologie des batteries réduit le besoin en métal, selon le chef de la chambre des mines de la République démocratique du Congo. 

Le Congo détient plus de la moitié des réserves mondiales de cobalt, mais la perception négative du marché du climat des affaires de ce pays d’Afrique centrale signifie que les entreprises trouveront bientôt d’autres moyens de créer l’énergie nécessaire à la révolution de l’énergie verte, a déclaré Louis Watum de la Fédération des entreprises du Congo dans une conférence virtuelle lundi.

« Je ne suis pas un fan du cobalt », a déclaré Watum, qui est également cadre chez Ivanhoe Mines Ltd. et qui dirigeait auparavant leurs opérations au Congo.

 « Le cobalt est une bulle qui va éclater. »

Watum a suggéré aux investisseurs de se concentrer plutôt sur le cuivre du Congo, qui, selon lui, a des fondamentaux plus solides en raison de l’expansion prochaine des infrastructures dans le monde. Ivanhoe vient de démarrer son projet de cuivre Kamoa-Kakula, qui pourrait devenir l’un des plus importants au monde. Contrairement à de nombreuses autres mines de cuivre au Congo, elle ne produira pas de cobalt.

Watum a exhorté le gouvernement congolais à garantir aux investisseurs plus de stabilité et à investir dans les infrastructures énergétiques et de transport qui réduiront les coûts de production pour les mineurs. La production de cuivre au Congo coûte actuellement à peu près le même prix que dans des endroits comme le Chili ou le Pérou, où les teneurs minérales ne représentent qu’une petite fraction de celles de la RDC , a déclaré Watum.

Le cuivre se négocie à son prix  le  plus haut de l ‘histoire  sur le London Metal Exchange.

Louis Watum a rejoint Ivanhoe Mines en décembre 2014 en tant que directeur général des opérations de la société en République démocratique du Congo (RDC). En mars 2015, il a été nommé au poste supplémentaire de directeur général de Kamoa Copper SA. Louis est responsable des activités de développement minier d’Ivanhoe Mines actuellement en cours à la découverte de cuivre de Kamoa et à la mine de zinc-cuivre-argent de Kipushi, toutes deux en RDC. Avant de rejoindre Ivanhoe Mines, Louis a passé huit ans à assumer des responsabilités de plus en plus élevées dans le secteur minier de la RDC. Entre 2010 et 2014, il a dirigé avec succès le développement et la mise en service du projet Kibali de Randgold, qui a suivi son travail sur le lancement du projet Moto de Moto Gold Mines de 2006 à 2009. Louis était auparavant directeur des opérations à la mine d’or de Yatéla au Mali de 2001 à 2005. Il est titulaire d’un Master of Science de l’Université de Lubumbashi en RDC.

Michael J. Kavanagh, avec  une contribution de  Mark Burton/Bloomberg 

Related posts

Leave a Comment