Le département des relations internationales et de la coopération a déclaré que le gouvernement sud-africain « est consterné par la décision injuste et injustifiée de la Commission de l’UA d’accorder à Israël le statut d’observateur auprès de l’UA », qualifiant la décision de « choquante ».

En fait, l’inclusion d’Israël en tant qu’observateur auprès de l’UA est un geste important du continent africain, qui bénéficie considérablement de la coopération amicale avec Israël.

Israël a des relations diplomatiques avec 46 des 54 pays souverains d’Afrique, y compris les accords de normalisation révolutionnaires avec le Soudan et le Maroc qui ont eu lieu l’année dernière. Le Malawi aurait l’intention d’ouvrir une ambassade à Jérusalem, la capitale d’Israël, en 2021, et le Zimbabwe s’efforce d’améliorer ses liens avec l’État juif.

Pourquoi alors, l’opposition agressive et unilatérale du ministère ? En prenant cette position, la RSA perd de nombreuses opportunités d’exploiter les solutions israéliennes pour de nombreux problèmes auxquels notre pays est confronté aujourd’hui, notamment la production d’électricité, l’eau et l’assainissement. D’autres États africains coopèrent activement avec Israël pour apporter ces avantages à des millions de citoyens pauvres. Pourquoi notre gouvernement prive-t-il les nôtres, en particulier les collectivités rurales?

Récemment, j’ai visité un village de Mpumalanga où la seule source d’eau pour 10 000 personnes dans les environs était une fosse sale et contaminée qu’elles devaient partager avec des vaches et des ânes. Les villageois ont expliqué qu’ils parcouraient de nombreux kilomètres chaque jour pour atteindre cette fosse, tenant des seaux et portant des enfants sur le dos, souvent pour trouver des carcasses d’animaux flottant dans l’eau. Après avoir rempli leurs seaux et être rentrés chez eux, beaucoup sont tombés gravement malades du choléra. Dans les endroits où l’eau courante est disponible, il n’y a souvent pas d’électricité, ce qui signifie que les écoles doivent avoir des salles de classe en plein air et les cliniques n’ont ni lumière ni réfrigération. Cette triste situation se répète dans des milliers de villages autour de SA.

Des dizaines de milliers de Sud-Africains doivent parcourir une certaine distance pour utiliser des toilettes communes, souvent dans l’obscurité, avec une sécurité médiocre et sans eau pour tirer la chasse d’eau ou se laver les mains. Le Cap oriental est en proie à une sécheresse dévastatrice et une mauvaise gestion a entraîné des pénuries d’eau. Les statistiques officielles indiquent qu’au moins une personne sur trois de tout groupe d’âge actif est au chômage.

En outre, les récentes violences, troubles civils, pillages et destructions dans le KwaZulu-Natal et le Gauteng coûteront au gouvernement au moins 50 milliards de rands. Ces fonds, qui auraient pu être utilisés pour des investissements dans les infrastructures, l’éducation, la création d’emplois et d’autres programmes d’amélioration, seront détournés vers le retour au niveau de base. Ceci, associé au programme de vaccination laborieux mis en œuvre lentement par le gouvernement, empêche notre économie de s’ouvrir pleinement et coûte des emplois et des investissements.

Israël apporte actuellement des solutions transformatrices et locales aux Africains

Israël apporte actuellement des solutions transformatrices et locales aux Africains à travers notre continent. Cela inclut une technologie qui peut électrifier des millions de foyers, éclairer les écoles, réfrigérer les aliments et les médicaments et fournir de l’eau potable à des dizaines de millions de personnes. Israël a déjà installé des centrales solaires dans de nombreux pays africains, dont le Malawi, l’Ouganda et la Tanzanie. Les panneaux solaires facilitent également la connectivité en permettant aux gens de recharger leurs appareils et améliorent la diffusion rapide des informations pour les entreprises, la santé et l’éducation. Les technologies d’irrigation goutte à goutte d’Israël aident les agriculteurs africains à optimiser leur gestion de l’eau, à augmenter les rendements des cultures et à réduire les prix des fruits, des légumes et des aliments. Les systèmes de purification d’eau conçus par Israël aident à rendre l’eau potable, même l’eau d’égout, sans nécessiter d’électricité.

Les pays africains travaillent désormais plus étroitement que jamais avec Israël sur l’amélioration de la sécurité alimentaire, le diagnostic et la lutte contre les maladies et les maladies, la formation professionnelle et le développement de l’emploi. Israël aidera désormais les pays africains à faire face à la pandémie de coronavirus.

Le gouvernement sud-africain est irrationnellement obsédé par la question d’Israël sur pratiquement toute autre affaire nationale, continentale ou internationale. Les Palestiniens vivent sous le règne de dirigeants despotiques et pourtant notre gouvernement n’a aucun mot pour critiquer les abus bien documentés de leurs propres populations pour maintenir le pouvoir politique et, dans le cas du Hamas, faire avancer le programme infâme de destruction d’Israël. SA reste silencieuse sur pratiquement toutes les violations des droits de l’homme dans le monde (votant souvent aux côtés de dictatures notoires à l’ONU) et pourtant ne peut pas se contenir lorsqu’il s’agit du seul État démocratique du Moyen-Orient.

De plus, la RSA a un bilan douteux en matière de soutien aux droits de l’homme en Afrique, mais a l’audace de faire la leçon à Israël sur les droits de l’homme. Le Soudan en est un exemple. Le gouvernement a soutenu et accordé l’immunité au criminel des droits humains Omar al-Bashir lorsqu’il a atterri en Afrique du Sud en 2015 (en vertu d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, rien de moins), mais n’a joué aucun rôle dans l’aide à la récente transition du Soudan vers la démocratie.

Le gouvernement sud-africain devrait être le fer de lance du développement, de l’investissement et du progrès démocratique en Afrique. Au lieu de cela, il va maintenant utiliser son influence pour saper les améliorations réelles et révolutionnaires sur le continent apportées par Israël. Jusqu’à ce que SA améliore son leadership international sur les questions relatives aux droits de l’homme et à la liberté et s’éloigne de son obsession aveuglante pour Israël, le gouvernement ne peut pas s’attendre à être pris au sérieux en Afrique ou à l’étranger.

Plus tragiquement, cependant, notre gouvernement gardera des millions de ses propres citoyens assoiffés et dans l’obscurité à travers sa fixation futile sur Israël. Les villageois continueront à boire dans une fosse contaminée tandis que leurs voisins continentaux siroteront une source abondante. La RSA est à un carrefour : nous pouvons condamner Israël tout en regardant le puits sec, ou nous pouvons construire des canaux avec Israël et récolter les bénéfices de la rivière qu’ils apportent.

Polovin est président national de la Fédération sioniste de l ‘Afrique du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.