Tribune : la destitution de Jean Marc Kabund, intérêt national ou politique ?

Mulumba_milolo

L’union fait la force ;  cet adage trouve son plein sens dans la politique où la réussite est le fruit de plusieurs efforts et sacrifices, tel est la  destinée d’un leader charismatique. Malheureusement cette ascension une fois acquise pousse certains d’entre eux à la boulimie, à la peur d’insécurité, jouant au roi sur la colline, au point de lutter contre plusieurs ennemis chimériques pour afin se lasser et finir par tomber au profit d’un autre leader. Le temps ainsi perdu à une lutte dérisoire aurait été préférable à la communion d’effort, utile à la consolidation de la nation.  

La République démocratique du Congo est confrontée au problème de leadership dans l’exercice du pouvoir et dans la prise des décisions. On fait passer l’accessoire en lieu et place de l’essentiel, c’est le cas par exemple de la gestion de la crise sanitaire sur la covid-19. Car  pendant que le monde entier est focalisé sur le comment faire pour mettre fin à la pandémie, ou du comment y remédier aux conséquences néfastes, en RDC où  nous avons dépassé  la barre de 2000  personnes  contaminées, l’heure est plutôt aux spectacles politiques : l’arrestation de Mukuna, la destitution de Kabund, débat sur l’inconstitutionnalité de l’État d’urgence décrété par le chef de l’État, sans oublié l’arrestation de l’honorable mamba etc…

Jean-Marc Kabund

Ainsi comment pouvons-nous qualifier cela  de l’irresponsabilité où de l’inconscience politique?  Ou se situe l’intérêt du peuple face à ces spectacles ? Qui lui n’attend des autorités que des réponses sur les grandes questions qui ne trouvent toujours pas solutions énumérées dans ma précédente publication à savoir:

1. Insécurité à l’Est, au Haut Katanga et au Lualaba ;

2. Violation de l’intégrité territoriale par la Zambie dans la localité de Moliro ;

3. Violation du droit d’exploitation et pillage des ressources naturelles (hydrocarbure) sur le plateau continental par l’Angola ;

4. Crise économique (baisse des recettes, collectif budgétaire, inflation, hausse des prix de produits de première nécessité) ;

5. Quid du rapport d’exécution du programme de 100 jours ;

6. la suite des enquêtes sur les 15 millions USD ;

7. Le paiement des dommages et intérêts de 10 milliards$ par l’Ouganda pour l’occupation de notre territoire entre 1997 et 2003 ;

8. La lutte contre la Covid19 et la rougeole ;

9. l’Effectivité de la gratuité scolaire (paiement des enseignants NU, infrastructure scolaire) ;

10. Quel modèle économique après la Covid-19 ;

11. l’Achèvement du processus électoral par l’organisation des élections municipales et urbaines ;                             

12. révision de la loi électorale et la mise en place des animateurs de la CENI ;                                    

13. Nomination des mandataires publics ;             

14. Parachever le processus de mécanisation des nouvelles unités de la fonction publique et l’affectation des nouveaux SG

Voilà les sujets principaux dont nous avons besoin de réponse et de résultat concrets de la part de nos dirigeants. Tout autre sujet est, à mon avis, secondaire. Que rien ne puisse vous distraire de l’essentiel. RESTONS FOCUS SUR L’ESSENTIEL !

Jean Pierre Mulumba Milolo

Analyse politique

Related posts

Leave a Comment