Boko Haram est de retour. Avec de meilleurs drones.

KONDUGA, Nigeria – Abdul, 10 ans, se trouvait sur un chemin de terre dans un village coincé entre des champs de mil et a sorti sa chemise. Une nouvelle cicatrice s’est étendue dans le bas de son estomac, résultat d’un attentat-suicide à la bombe commis par Boko Haram en juin, qui lui a causé des éclats d’obus dans le ventre.

Après une décennie de guerre dévastatrice contre les extrémistes de Boko Haram, ils sont maintenant mieux armés que jamais et ont des drones plus sophistiqués que l’armée nigériane démoralisée.

Une demi-douzaine d’autres garçons se sont rassemblés autour de lui et ont sorti leurs chemises. Tous portaient des cicatrices similaires de l’attaque.

La guerre du Nigéria contre le groupe extrémiste islamiste Boko Haram était censée être terminée à présent. Le président Muhammadu Buhari, un ancien dirigeant militaire, a été réélu plus tôt cette année après s’être vanté de ses progrès dans la lutte contre Boko Harm. Il a répété à plusieurs reprises que le groupe avait été « techniquement vaincu ». Mardi, le président a reconnu que « ses membres constituent toujours une nuisance ».

Une décennie entière dans la guerre, cependant, les militants de Boko Haram errent toujours dans les campagnes en toute impunité. Leurs combattants ont maintenant des drones plus sophistiqués que l’armée et sont bien armés après des raids réussis contre des brigades militaires, selon des politiciens locaux et des analystes de la sécurité.

Selon des analystes de la sécurité et un responsable fédéral, les militants contrôlent quatre des 10 zones du nord de l’État de Borno, près du lac Tchad. Ils lancent des attaques presque quotidiennes, notamment en ouvrant le feu la semaine dernière sur le convoi du gouverneur de l’État de Borno. Pour les habitants de villages comme Konduga, la défaite de Boko Haram semble lointaine. L’attaque du 17 juin qui a blessé Abdul et ses amis (son nom de famille est retenu pour le protéger des représailles) a également tué 30 personnes – dont huit enfants.

À maints égards, l’armée nigériane est démoralisée et sur la défensive. Certains soldats se sont plaints de ce qu’ils n’avaient pas eu droit à un congé dans leur foyer depuis trois ans. Leurs armes et leurs véhicules sont tombés en ruine. En août, le nouveau commandant de l’opération Lafiya Dole, qui signifie «Paix par force», a publiquement rappelé à ses officiers de campagne de fournir de la nourriture et de l’eau aux troupes. Il est le huitième commandant en 10 ans.

L’armée a annoncé en août qu’elle retirait ses troupes d’avant-postes éloignés dans la campagne et les rassemblait dans des colonies fortifiées qu’il qualifiait de «super camps». des milliers de civils – soit après que Boko Haram les ait chassés, soit que des soldats ont incendié leurs villages et les ont rassemblés, affirmant que cela sécuriserait la campagne. Les villes de garnison sont encerclées par des tranchées pour ralentir les invasions des militants, mais le retrait a permis aux combattants de Boko Haram de se laisser aller dans la campagne aride.

Un après-midi récent, à l’intérieur du super camp de Bama, un char camouflé a fait un bond dans la rue, une fumée bleue coulant de dessous, ses traces ressemblant à des dents desserrées sur le point de tomber. Il était piloté par des soldats sans casque avec des chemises ouvertes et un tireur portant une couronne de feuilles, qui a pénétré dans une fourgonnette garée bloquant partiellement la route, brisant le véhicule.

Le major Ak Karma, assis derrière son bureau près du quartier général du super camp de Bama, a déclaré qu’une attaque de Boko Haram avait été déjouée quelques jours auparavant, mais avait minimisé la menace.

« Nous avons un ou deux problèmes d’attaque de Boko Haram, mais cela ne signifie pas qu’ils ont une grande offensive », a déclaré le Major Kama. « Bama est une forteresse. »

Le camp a de nouveau été attaqué le lendemain.

La guerre avec Boko Haram a dévasté la population de la région rurale du nord-est du Nigéria, l’une des plus pauvres du monde. Plus de deux millions de personnes ont fui leurs maisons, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées, enlevées et appelées à se joindre au combat. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a déclaré cette semaine que près de 22 000 Nigérians auraient été portés disparus au cours de la crise. La suite de l’article : https://www.nytimes.com/2019/09/13/world/africa/nigeria-boko-haram.html

New York Times

Related posts

Leave a Comment