Des millions de dollars détournés en RDC se retrouvent en Namibie

Une société namibienne peu connue  a reçu 516 millions de dollars namibiens d’une entreprise de produits surgelés en République démocratique du Congo (RDC) liée à l’ancien président Joseph Kabila, selon une fuite massive de documents bancaires connue sous le nom de « Congo Hold-Up ».

Samaki Fishing Enterprises, dirigée par la femme d’affaires Martha Namundjebo-Tilahun et son mari, Haddis Tilahun, a reçu l’argent en une série de paiements de 2013 à 2017.

Ces paiements représentaient près d’un quart d’au moins 2,2 milliards de dollars namibiens détournés du trésor public de la RDC par le biais d’un réseau de sociétés liées à Kabila et à son entourage, ont montré des documents bancaires – même si les preuves montrent que très peu a été réellement payé.

L’argent provenait d’Egal, une société défiscalisée créée en 2013 par des hommes d’affaires proches de Kabila.

Leur intention déclarée n’aurait pas pu être plus noble : importer des aliments surgelés bon marché et abordables aux gens ordinaires dans l’un des pays les plus pauvres du monde.

Les paiements d’Egal sont allés à Samaki Fishing Enterprises à Windhoek, qui a également été enregistrée en 2013. Alors que la société a reçu 516 millions de dollars namibiens sur quatre ans, une enquête sur les dossiers de Samaki a révélé que seuls 31 camions totalisant 744 tonnes de poisson congelé d’environ 4 millions de dollars namibiens ont été livrés.

Pour ces quelques livraisons, Samaki semble avoir servi d’intermédiaire, l’entreprise n’ayant aucun navire pour capturer le poisson, aucun droit de pêche, aucune installation pour le congeler ou l’emballer.

Ce qui est arrivé au reste de l’argent reste un mystère.

Kabila, qui était président au moment des virements bancaires, a qualifié l’information de la fuite d' »accusations infondées ».

Kabila posséderait plusieurs propriétés résidentielles en Namibie.

ENTREPRISES ET FRÈRES

Egal et Samaki ont été créés la même année, avec certains des mêmes fondateurs.

L’un d’eux était Albert Yuma, alors président de la société minière d’État congolaise Gécamines, qui siège sur les plus grands gisements de cobalt au monde.

Cela place l’entreprise au centre d’une ruée mondiale vers le minérais, qui est nécessaire pour fabriquer des batteries pour téléphones portables, et pour le marché croissant des véhicules électriques.

Marc Piedboeuf, un Belge résidant en RDC, faisait également partie du conseil d’administration des deux sociétés. Il gère la luxueuse propriété de campagne de Kabila et a reçu divers contrats gouvernementaux de Kinshasa.

Un autre homme d’affaires de RDC, Eric Monga, les a rejoints en tant que directeurs à Samaki, avec le couple Tilahun.

La pêche était un départ pour les Tilahuns

Leur activité principale est United Africa Group (UAG), qui à l’époque était sur le point de se lancer dans une énorme vague d’achats, s’emparant de certaines des propriétés les plus exclusives de Windhoek.

Les dossiers ont été remis à la Plateforme pour la protection des lanceurs d’alerte en Afrique et au journal français en ligne Mediapart.

Ils l’ont partagé avec le réseau European Investigative Collaborations, qui a coordonné un consortium de journalistes représentant 19 maisons de presse, dont the namibian .

Bien que ce premier transfert ait été marqué comme « instrument de sécurité » sur les documents bancaires, un jeu PowerPoint vu par The Namibian a indiqué qu’il était destiné à être un paiement initial sur les futures expéditions de poisson.

Ces diapositives ont été envoyées à BGFIBank en 2014. Ils ont présenté une proposition commerciale entre UAG et Egal.

« Samaki Holdings détiendra directement une participation de 50 % dans United Africa Group (UAG) et 50 % d’Egal DRC », peut-on lire sur une diapositive.

La proposition indiquait que la nouvelle société était en train d’acheter une participation dans la plus ancienne et la plus grande société de pêche de Namibie, Tunacor.

Mais le PDG de cette société, Peya Hitula, a déclaré dans une réponse écrite a The  Namibian que l’accord n’avait jamais été conclu et a insisté sur le fait que Samaki n’avait aucune participation dans Tunacor.

Bien qu’on ne sache pas exactement quel rôle joue UAG dans Samaki Fishing Enterprises, des documents officiels montrent que les deux sociétés partagent des bureaux au 5001 Gutenberg Platz dans le centre-ville de Windhoek.

Sur le papier, Samaki vendait du chinchard congelé Egal – le poisson ressemblant à une sardine dont les prises étaient au centre du scandale de corruption de Fishrot.

Et Samaki a facturé à Egal beaucoup de poisson.

Mais ces factures sont venues en multiples improbables de 100, à des prix qui semblaient improbables.

En 2014, une tonne de chinchard coûtait en moyenne 3 200 dollars namibiens .

Sauf si vous avez acheté chez Samaki.

Egal a payé à la société une prime allant de 80 % à 750 % au-dessus du prix catalogue, selon les documents divulgués.

La générosité d’Egal ne s’est pas arrêtée avec le prix du poisson. Selon les registres des douanes de la RDC, au cours de l’exercice 2013/14, Samaki a envoyé 31 camions de poisson congelé pour un prix total de 4,2 millions de dollars namibiens. Mais Egal a payé à Samaki 430 millions de dollars namibiens cette année-là. L’argent supplémentaire était simplement marqué comme dépenses d’exploitation .

Il y a quatre ans, Yuma, alors membre du conseil d’administration d’Egal et de la Banque centrale, a confirmé que Samaki n’avait pas réussi à lui fournir du poisson namibien, raison pour laquelle la société aurait été créée.

Il a déclaré que la Namibie « était le fournisseur le plus important de la RDC ».

Mais l’entreprise avait subi des pertes parce qu’elle était devenue un « intermédiaire », au lieu d’avoir un accès direct au poisson.

POLITIQUES

Namundjebo-Tilahun a d’abord nié toute connaissance de Samaki Fishing Enterprises, même si elle est inscrite en tant que directrice depuis le 17 juillet 2013.

Le 5 novembre, dans une réponse écrite aux questions des enquêteurs de « Congo Hold-Up », elle a déclaré que la revendication que Samaki «appartienne au soussigné est déroutant, factuellement incorrect et sans fondement en raison ou en fait. En effet, l’entité est inconnue du soussigné, qui n’en a eu connaissance que par votre affirmation ».

En septembre, cependant, Haddis Tilahun a été publiquement identifié comme le président de Samaki dans son profil sur le site Web de la Conférence africaine sur l’investissement hôtelier qui s’est tenue à Dubaï.

Le conseiller juridique d’UAG, Natangwe Asser, a répondu : « [Nous] contestons qu’il ait été nié que les personnes lésées [Namundjebo-Tilahun et Haddis Tilahun] n’aient aucune connaissance de Samaki Fishing.

« Dans une large mesure, vos déclarations et questions dans votre lettre en réponse ne sont pas vraies, et la publication ne serait pas dans l’intérêt public, et ce ne sera pas non plus un commentaire raisonnable et juste. »

Il a ajouté: « Il est exigé que vous vous absteniez immédiatement de poursuivre l’histoire que vous envisagez de publier dans votre publication. »

Lorsqu’on lui a demandé ce que Samaki avait fait avec le solde de 512 millions de dollars namibiens d’Egal, UAG a affirmé que c’était pour le poisson.

« Samaki Fishing Enterprise (Pty) Ltd a fourni à Egal du chinchard sur une période de quatre à six ans pour une quantité cumulée estimée à 120 000 tonnes avec un prix moyen de 1 000 $ US la tonne« , a déclaré UAG hier.

Cela impliquait que Samaki-UAG avait expédié 1250 camions d’une valeur de 120 millions de dollars américains (ou 1,5 milliard de dollars namibiens) de chinchards vers la RDC entre 2014 et 2018.

Cependant, plusieurs factures de Samaki reflétaient un prix de 4 000 dollars américains (51 dollars namibiens 700) par tonne pour ce qui est le produit de poisson le moins cher de Namibie qui se vend généralement à 250 $ US (3 200 $ N) la tonne à Walvis Bay.

Le couple Tilahun entretient des liens étroits avec la RDC, qui les a nommés consuls honoraires.

Namundjebo-Tilahun, proche de Kabila, a également des liens avec l’élite politique de son pays.

Le mois dernier, elle est devenue un chef traditionnel du royaume d’Ondonga. En 2017, elle a perdu la course au poste de secrétaire général adjoint de la Swapo.

Et elle est proche de l’ancien président Sam Nujoma, qui a soutenu le père de Kabila, Laurent, pendant une guerre civile en RDC.

Lorsque le gouvernement rénovait la maison de Nujoma de 2015 à 2017, elle lui a acheté une maison pour qu’il y vive pendant la construction.

CONNEXIONS

Samaki était le plus gros bénéficiaire de l’argent d’Egal en Namibie, mais c’était loin d’être le seul.

Entre 2014 et 2017, près de 251 millions de dollars namibiens ont été répartis entre une demi-douzaine d’autres sociétés de pêche : ArcticNam Fishing (101 millions de dollars namibiens ), Hodago Fishing (45 millions de dollars namibiens),Cavema Fishing (41 millions N$),Marazul Fishing (36 millions N$),Atlantic Fishing (15 millions N$),Scombrus Fishing (12,9 millions N$).Tous étaient des nouveaux venus dans l’industrie.

Chaque entreprise avait reçu des quotas de chinchard du ministre de la Pêche et des Ressources marines de l’époque, Bernhard Esau.

Sa réaffectation des devis de pêche a conduit au scandale de corruption Fishrot.

Les procureurs dans l’affaire Fishrot ont accusé ArcticNam d’avoir versé des pots-de-vin à Esaü et à son gendre.

LES PAIEMENTS

Les paiements de Samaki d’Egal ont commencé à arriver alors qu’UAG se lançait dans une expansion immobilière majeure, avec la construction du Freedom Plaza dans le centre-ville.

Samaki Fishing Enterprises a reçu près de 172 millions de dollars namibiens d’Egal pour « l’architecture, l’ingénierie et d’autres services connexes », selon un rapport interne du 15 mars 2015 du département de la conformité de la Banque centrale du Congo.

Rien n’indique ce que la société de pêche était censée faire avec cet argent.

Haddis Tilahun a pris la direction unique de Freedom Square, propriétaire du Plaza, en 2003.

L’acte de fiducie de la famille Tilahun, rédigé en 2015, montre que le portefeuille détenu à 100 % par UAG Property Management comprenait d’autres biens immobiliers de premier ordre à Windhoek, tels que l’ancien siège social de la FNB, le complexe attenant du centre-ville de 10 étages et l’ancien mini-complexe Kaiser Krone.

Mais Freedom Plaza est le joyau de la couronne, comprenant l’hôtel Hilton International, le Hilton Gardens à petit budget et l’adresse la plus en vogue de Windhoek, 1990 Freedom Plaza.

Plusieurs personnes liées à des entreprises qui ont reçu les plus petits transferts d’Egal semblent avoir acheté des penthouses et des appartements chics à Freedom Plaza.

Le bâtiment a également attiré des bénéficiaires directs et indirects du programme Fishrot, qui y possédaient des appartements et des penthouses de luxe, selon un examen des 133 titres de section du bâtiment.

Par exemple, l’ancien PDG de Fishcor, Mike Nghipunya, possédait deux unités. L’un de ses voisins est l’avocat Sacky Kadhila Amoomo, qui figure dans le scandale Fishrot.

Dans l’ensemble, la liste des propriétaires représente le who’s who de l’élite Swapo.

La famille Tilahun possède plus que quiconque. Ils possèdent un penthouse et un appartement pour chacun de leurs trois enfants, tandis que leur United Property est le plus grand propriétaire, avec un total de 3 096 mètres carrés de 1990 Freedom Plaza.

« Ce niveau de détail offre une vue inégalée sur les mécanismes auparavant secrets utilisés pour piller les fonds publics congolais. »

Une enquête officielle sur le BGFI a depuis été lancée par le gouvernement du successeur du président de la RDC Ettienne Tshisekedi sur ce qu’un responsable a appelé « une banque mafieuse ».

* Un article de l’Unité d’enquête namibienne avec le soutien de la Plateforme pour la protection des lanceurs d’alerte en Afrique.

investigations@namibian.com.na

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.