Dan Gertler : une opération de communication pour chercher un revirement de la future administration de Joe Biden clashe avec les intérêts d’ERG

dan gertel

Dan Gertler tente de se refaire une réputation sur le dos d’ERG.
Alors que le groupe kazakh Eurasian Resources Group, opérateur du projet de Metalkol, s’évertue à présenter un profil d’opérateur responsable, l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, visé par des sanctions américaines, s’invite avec fracas dans le projet et propose de monter une opération d’épargne populaire. Une opération de communication qui vise à corriger son image désastreuse en RDC et profiter de l’alternance aux Etats-Unis, mais qui clashe avec les intérêts d’ERG.


La conférence de presse donnée le 16 novembre par l’homme d’affaires israélien Dan Gertler ne va pas dans le sens de la stratégie de communication de Benedikt Sobotka. Le patron du groupe minier kazakh Eurasian Resources Group (ERG) souligne depuis plusieurs années les initiatives de son entreprise dans le domaine de la transparence et de la responsabilité. Mais dans une vidéo préenregistrée diffusée aux médias à Kinshasa, Dan Gertler a annoncé avoir acheté en 2017 des royalties sur le projet de Metalkol auprès de la société d’Etat congolaise Gécamines, et vouloir aujourd’hui donner aux citoyens du pays la possibilité d’en profiter. Or Metalkol est un site de retraitement de minerai contrôlé par ERG, où le groupe kazakh produit depuis fin 2018, avec une capacité de 14 000 tonnes d’hydroxyde de cobalt et 77 000 tonnes de cathodes de cuivre .
Dan Gertler, qui dit dans sa vidéo avoir investi plus de 10 milliards d’euros (11,86 milliards de dollars) depuis vingt ans dans l’industrie minière de RDC, n’a pas précisé les modalités d’acquisition de parts de royalties par les Congolais. Il n’y a pas eu de séance de questions pour les journalistes présents et, contactée, l’agence de communication Divo n’a pas été en capacité de donner des détails, ayant « juste organisé le point de presse ».


Procès et polémiques

En juin 2017, la Gécamines avait cédé son droit de percevoir 2,5 % de royalties sur la production commerciale de Metalkol à une entité enregistrée aux îles Vierges britanniques, Multree, pour 55 millions de dollars. En avril 2016, la Gécamines avait vendu ses 25 % dans Metalkol pour 170 millions de dollars, l’Etat congolais restant propriétaire de 5 % d’intérêts sur le site. En 2010, le Gertler Family Trust de la famille de Dan Gertler avait vendu ses intérêts dans Metalkol à ERG, alors appelé Eurasian Natural Resources Corp (ENR).

L’homme d’affaires israélien a été placé sous sanctions américaines en décembre 2017 pour des « violations de droits humains » et « faits de corruption grave ». Plusieurs de ses opérations en RDC ont fait l’objet de procès et de polémiques, certaines prenant un tour politique du fait de sa proximité avec l’ex-président congolais Joseph Kabila .

Cette conférence de presse intervient alors que le président américain Donald Trump, durant le mandat duquel les sanctions contre Dan Gertler ont été décidées et qui s’est révélé un soutien au président de RDC actuel Félix Tshisekedi  va quitter la Maison blanche. Dan Gertler semble chercher un revirement de la future administration de Joe Biden à son égard. Cet été, Dan Gertler avait approché l’agence de communication française Image 7, sans succès .

Contactés, ERG et le ministre des mines de RDC Willy Kitobo Samsoni n’ont pas répondu à nos questions, et la Gécamines ne s’est pas encore exprimée.

Africa Intelligence

Related posts

Leave a Comment