Dédoublement AFDC-A : la Cour constitutionnelle saisit l’Assemblée nationale pour la déchéance des députés du camp Néné Nkulu

Le sénateur professeur Modeste Bahati Lukwebo est sur le point d’être reconnu comme l’unique leader légitime (autorité morale) de l’Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés (AFDC-A). Ce qui sous-tend impérativement la fin du dédoublement de ce regroupement politique.

La Cour constitutionnelle a saisi le bureau de l’Assemblée nationale pour la déchéance des députés du camp Néné Nkulu. La Chambre basse du Parlement confirme la nouvelle. Et dans sa requête la Haute cour rappelle également l’inconstitutionnalité  de la décision de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) prise le 15 décembre 2019. Dans cette décision relative au litige opposant les députés membres du groupe parlementaire AFDC-A, la PAJ avait jugé bon d’attribuer ce regroupement politique au camp Néné Nkulu.

Soutien inconditionnel à l’État de droit et à Félix Tshisekedi

Pressenti victorieux  dans cette affaire de dédoublement, le camp Bahati va-t-il élargir le cercle de soutien au nouveau pouvoir de Kinshasa ? La question demeure. Certes, les signaux sont autant visibles. Réunie en séance extraordinaire, ce vendredi 29 mai à Kinshasa, la conférence des présidents des partis et personnalités politiques du regroupement politique AFDC-A a invité ses membres et sympathisants disséminés sur l’ensemble du territoire nationale et toutes les fédérations ainsi que ses représentations à l’étranger « à soutenir inconditionnellement l’instauration d’un État de droit, les efforts de paix effective, de reconstruction et de lutte pour l’éradication de la pandémie de la Covid-19 tels que déployés par le président de la République, Félix Tshisekedi ».

La déclaration de la conférence des présidents, signée par la députée nationale Princesse Adèle Kayinda, présidente du groupe parlementaire AFDC-A, rappelle à l’opinion nationale et internationale, qu’au regard des textes légaux régissant le regroupement politique AFDC-A, les dissidents ont délibérément quitté le regroupement AFDC-A et cela est matérialisé par entre autres : la non-participation aux activités de l’AFDC-A depuis juillet 2019 ; le choix et l’occupation par eux d’un nouveau siège AFDC-A/FCC sur l’avenue Moyo, numéro 1 dans la commune de Ngaliema ; le versement par eux des contributions et cotisations à l’AFDC-A/FCC ; etc.

Ne pas impliquer Joseph Kabila

L’on souligne que « Madame Ilunga Nkulu Néné et Monsieur Djanga Katakala Patrick ne sont pas signataires du protocole de création de l’AFDC-A car n’étant présidents d’aucun parti politique membre. Ils agissent donc sans titre ni qualité au nom du regroupement AFDC-A ».

S’agissant de la tendance à vouloir impliquer Joseph Kabila, « la conférence des présidents des partis et personnalités fait observer que le sénateur à vie et président de la République honoraire, Joseph Kabila, est devenu un patrimoine commun et mérite respect et considération par tous ». « À ce titre, il ne peut être impliqué avec légèreté dans une affaire judiciaire pour des raisons de positionnement politique. L’AFDC-A va recourir à toutes les voies de droit pour mettre fin à cette cacophonie entretenue délibérément par des usurpateurs patentés », indique la députée nationale

Adèle Kayinda/Lepotentiel

Related posts

Leave a Comment