UNE GÉNÉRATION DES ENFANTS  IRRADIÉS AU CONGO.”LES HIBAKUSHA CONGOLAIS” LE SUD KATANGA EST COMPTÉ PARMI LES 10 ZONES LES PLUS POLLUÉES DU MONDE.

Des milliers de personnes en République démocratique du Congo (RDC) sont exposées à des niveaux dangereux de pollution toxique qui provoquent des malformations congénitales chez leurs enfants alors qu’ils extraient du cobalt utilisé pour fabriquer des batteries rechargeables pour smartphones, ordinateurs portables et voitures électriques, une étude médicale a révélé .

Des recherches publiées dans le Lancet la semaine dernière ont révélé que les populations locales travaillant dans les mines de la «ceinture de cuivre» africaine, une région minière s’étendant à travers la Zambie et la RDC, courent un risque considérablement plus élevé d’avoir des enfants nés avec de graves malformations congénitales.

Des chercheurs de l’Université de Lubumbashi en RDC et des universités de Louvain et Gand en Belgique ont comparé 138 nouveau-nés de familles au sein de la ceinture de cuivre avec 108 enfants nés en dehors de la zone minière de Lubumbashi. Il a révélé que le risque de malformations congénitales augmentait considérablement lorsqu’un parent travaillait dans une mine de cuivre et de cobalt.
L’étude a été commandée après que des universitaires de l’Université de Louvain aient lu des rapports de médecins locaux, d’ONG et des autorités locales sur le nombre élevé d’enfants de mineurs en RDC nés avec des conditions telles que des anomalies des membres, des fentes palatines et des anomalies du tube neural telles que le spina bifida .

«Il s’agit de la première étude qui étudie les effets de la pollution liée à l’exploitation minière sur les nouveau-nés en Afrique subsaharienne et a montré que les mineurs de métaux courent en effet un risque accru d’avoir un enfant présentant une anomalie congénitale.» a déclaré le Dr Daan Van Brusselen, pédiatre à l’Université de Gand qui a travaillé sur l’étude aux côtés de médecins en Belgique et en RDC.

« Bien que l’on ne sache toujours pas comment ces malformations congénitales surviennent, chaque jour, des dizaines de milliers de travailleurs sont exposés à des travaux lourds à grands risques toxiques et de poussière. La santé des mineurs et de leurs familles doit être prise en compte par quiconque profite ou utilise des smartphones bon marché dans le monde », a-t-il déclaré.

Le cobalt extrait en RDC représente 60% de la production mondiale du minerais, qui est essentiel pour alimenter les batteries au lithium rechargeables utilisées dans les smartphones, tablettes, voitures électriques et ordinateurs portables.

La pression augmente sur les multinationales qui continuent de s’approvisionner en cobalt en RDC pour lutter contre les violations des droits humains et de l’environnement qui ont été découvertes dans les mines à travers le pays

Récemment, une action en justice a été lancée aux États-Unis, qui a accusé les plus grandes entreprises technologiques du monde d’avoir aidé et encouragé la mort d’enfants travaillant dans des mines en RDC. L’affaire est en cours.

Un titrage de Inaba Swaziro/The guardian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.