Les États-Unis ont imposé lundi des sanctions à un ressortissant de la République démocratique du Congo qu’ils ont accusé d’avoir soutenu le magnat israélien des mines Dan Gertler, dans le cadre d’une politique visant à cibler la corruption dans ce pays d’Afrique centrale.

Le département du Trésor américain a accusé Alain Mukonda dans une déclaration d’avoir effectué des paiements sur des comptes bancaires par procuration pour Gertler après sa désignation en 2017. Le Trésor a déclaré que Mukonda avait effectué des dépôts en espèces totalisant entre 11 millions de dollars et 13,5 millions de dollars sur des comptes de sociétés qu’il a constituées et qui appartiennent finalement à Gertler. famille.

La désignation de Mukonda par Washington était la première d’une série attendue d’annonces de sanctions cette semaine lors du sommet américain pour la démocratie du président Joe Biden.

Douze sociétés liées ou associées à Mukonda en République démocratique du Congo et à Gibraltar ont également été ajoutées à la liste des sanctions.

« Le Département du Trésor s’engage à soutenir les efforts de lutte contre la corruption de la République démocratique du Congo en poursuivant ceux qui abusent du système politique à des fins économiques et profitent injustement de l’État congolais », a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor Wally Adeyemo dans le communiqué.

Les États-Unis ont imposé des sanctions à Gertler et à plus de 30 de ses entreprises en décembre 2017 et juin 2018, l’accusant de tirer parti de son amitié avec l’ancien président congolais Joseph Kabila pour conclure des accords miniers lucratifs.

Gertler nie tout acte répréhensible.

Les restrictions annoncées lundi ont porté à 46 le nombre de personnes et d’entités sanctionnées dans le réseau de Gertler, gelant tous les avoirs américains de Mukonda et empêchant les Américains de traiter avec lui.

Pendant des années, les États-Unis ont imposé des sanctions dites Global Magnitsky aux personnes accusées de corruption, de violations des droits de l’homme et d’actions antidémocratiques dans le monde. Une loi américaine porte le nom de Sergueï Magnitski, un avocat fiscaliste russe décédé en détention en 2009.

L’administration Biden a révoqué en mars une dérogation aux sanctions pour Gertler qui avait été émise dans les derniers jours de l’administration de l’ancien président Donald Trump. Des groupes congolais et internationaux de défense des droits humains et plusieurs législateurs américains ont appelé à l’annulation.

Par Daphne Psaledakis et Susan Heavey; Montage par Angus MacSwan et Grant McCool

https://home.treasury.gov/news/press-releases/jy0515

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.