Tracter ougandais

L’équipement routier, y compris les excavatrices, les tracteurs, les rouleaux, les véhicules de surveillance, les camions et les conteneurs installés avec des bureaux, des logements et des installations de santé sont assemblés à la base de Dott Services Limited et d’autres au Liberty Internal Custom Depot du parc industriel de Namanve.

En 2020, l’Ouganda a déclaré qu’il se lançait dans le projet de construction de routes en RDC pour améliorer la sécurité et l’interconnectivité économique à la suite d’une impasse commerciale avec le Rwanda, l’une des destinations d’exportation des céréales et autres produits.

Les routes ciblées sont Kasindi-Beni (80 km), l’axe Kasindi-Butembo (54 km) et la route Bunagana-Ruchuru-Goma (89 km). Le 27 mai 2021, les deux gouvernements ont signé un accord intergouvernemental pour permettre le projet.

Le 16 juin 2021, les Présidents ; Yoweri Museveni et Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo ont fait une cérémonie d’inauguration à Mpondwe-Kasindi. Au moins 243,7 milliards de Shs (65,9 millions de dollars) seront dépensés pour l’ensemble du projet.

Le commissaire chargé des routes et des ponts du ministère ougandais des Travaux et des Transports, Eng Stephen Kitonsa note que vendredi cette semaine, le comité de pilotage du projet tiendra une réunion en RDC, où, l’entrepreneur (Dott Services) sera présenté aux dirigeants et officiellement, le terrain de camping sera remis afin de permettre le déplacement du matériel de Namanve.

modèle maison ouganda DRC

« Nous sommes si heureux de la mobilisation des équipements par Dott, ils sont maintenant prêts à commencer les travaux physiques. L’entrepreneur, Dott Services va être présenté aux dirigeants et va se voir officiellement remettre le camping. C’est pourquoi l’équipement est là parce que le site n’a pas encore été remis à [Dott]. Ainsi, la réunion de vendredi va ouvrir la voie au début des travaux physiques », a déclaré Kitonsa.

Jameson Olonya, responsable des contrats de Dott Services, déclare que d’autres équipements sont toujours en transit, mais qu’ils sont pour l’instant prêts à démarrer. Il assure que travailler en RDC est une opportunité de créer une bonne image publique de ce qu’ils sont capables de faire.

« Nous espérons que le coût que nous continuons à reporter en gardant cet équipement ici devra être atténué lors de la remise du service afin que nous puissions éventuellement transférer tout cet équipement en RDC. Le nombre total de conteneurs que nous avons à le moment est de 50, et il s’agit d’une division entre les bureaux et les logements. Nous comprenons que pour que vous puissiez vous mobiliser rapidement pour la première phase, les travaux doivent être exécutés dans un délai d’un an. Si nous voulons passer plus de temps à faire construction pour les bureaux, ce ne sera pas adéquat, ce ne sera pas pratique pour les travaux de la première phase », a déclaré Olonya.

Jean Pierre Massala, l’ambassadeur de la RDC en Ouganda et également président du comité de pilotage est enthousiasmé par l’étape actuelle d’achat de l’équipement, affirmant qu’une fois le projet terminé, il continuera à renforcer les relations entre les deux pays.

« Nous sommes ravis du nombre et de la qualité des équipements que nous avons trouvés sur le site. En effet, il n’est même pas encore complet. Cela fait partie de l’engagement pris par la République du Congo de participer et d’être actif dans la réalisation de ces routes. ce qui favorisera bien sûr les liens sécuritaires, économiques, mais aussi sociaux entre les deux pays », a déclaré Massala.

The Observer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.