RDC : Communiqué Inlukamba, l’Amorphisme traduit des pressions politiques PPRD

Inlukamba

Le comportement cavalier du Ministre de la  Justice à propos de la loi Minaku – Sakata, sur ses annotations adressées au Bureau de l’Assemblée Nationale sans l’aval du Premier Ministre, attitude ayant conduit à sa brève interpellation  occasionnant une crise de confiance interinstitutionnelle amplifiée par la fameuse lettre du Ministre Inlukamba offensante vis-à-vis du Président de la République est le signe que le premier ministre subi des fortes pressions de sa famille politique qui a signé et lu le communiqué à sa place mais dont il l’a acquiescé tacitement car non démenti publiquement.

Irresponsabilité maligne

La réunion tenue par le Premier Ministre ensemble avec tous les vices – premier ministres et ministres d’Etats le dimanche  28 juin à l’Hôtel du Gouvernement, suite à l’interpellation le samedi 27 juin 2020 par le Procureur Général près de la cour de cassation a accouché d’un communiqué, dont la forme et le fond ne reflète pas sa nature.

En effet, au vu des participants à la dite réunion, c’est plutôt un compte rendu qui devait assortir ; rapportant la situation tout en citant nommément les participants à défaut de leurs signatures en bas du rapport final. Or, dans ce communiqué final,  non seulement que les participants ne sont pas connus, mais en plus l’auteur et responsable politique de la réunion à savoir le Premier Ministre  n’a pas signé ce communiqué final abandonnant sa lecture  à son directeur de communication faisant office du porte – parole.    

Ambiguïté  Inlukamba

Cette attitude maligne du Premier Ministre laissant  à  son à directeur de Communication le soin de signer et publier, constitue une preuve de distanciation vis –  à – vis du communiqué final. Une ambiguïté au vu de son contenu offensant directement le Chef de l’Etat.

Pression FCC

Les réactions occasionnées par ce communiqué après le contre communiqué des ministres CACH ayant participé à la dite réunion, est la preuve que le Premier Ministre a subi des pressions de la part de ses camarades du PPRD, qui le soupçonne selon certaines indiscrétions d’homologuer les décisions du Chef de l’Etat sans référence à sa famille politique.

Les caciques du PPRD, furieux de l’interpellation du Ministre de la justice Tunda Ya Kasande, se sont accaparés du communiqué final à l’issue de la rencontre entre le premier ministre avec ses vices et ministres d’Etat, signant  et  publiant en son nom sur le compte twitter officiel de la primature. 

L’avenir de la coalition FCC – CACH  avec l’épisode du Tundagate vient d’illustrer ses limites. Une coalition qui aura du mal à franchir le cap de 2023, année électorale.

Roger Lazio

Related posts

Leave a Comment