RDC : UDPS, Félix Tshisekedi et le dilemme 3K

Diplomate, tacticien, discret…, le Président de la République Félix Tshisekedi fait pourtant face à l’épouvantail UDPS, la machine de guerre qu’il l’a conduit à la victoire lors des élections générales de décembre 2019 en République Démocratique du Congo. Son parti politique dans ses tumultes et volts face a été un atout majeur pour son  présidentiable après le débâcle de Genève. Cependant l’Homme peine à mettre ce parti dans l’ordre politique de l’alliance UDPS – FCC, la faute aux luttes intestines, lutte d’influence et guerres de leadership.

Dilemme Marthe Kasalu

Marthe Kasalu, sa mère biologique apparaît aujourd’hui comme la marque déposée de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social. Très influente, elle contrôle presque tous les arcanes du Parti. Elle y est le Sceau.

En retrait, elle agit cependant de manière influente sur le choix des personnes à même de conduire à la destinée du parti.

Bien que bénéficiant des retombées de la présidence de la république à travers son fils Félix Tshisekedi, Maman Marthe s’accroche encore à la destinée du parti. Son dernier communiqué du 04 mai 2020 à la presse où il invite les militants de l’UDPS d’être derrière Augustin Kabuya en lieu et place du congrès est le signe de sa mainmise.

Marthe Kasalu recevant Kabund et Kabuya

Ici la grande équation c’est le Président Félix Tshisekedi dans ses ambitions cachées post Présidence de la République, avec le Parti UDPS. Compte-t-il libéré le parti où s’en servir encore après son premier ou deuxième mandat à la Présidence de la République ?.

S’il est vrai que l’ambition de M. Kasalu et celle de Félix Tshisekedi s’étaient rejointes du vivant du Sphinx Etienne Tshisekedi où elle était accusé  à tort ou à raison de faire tomber des têtes afin de préparer la voie pour le contrôle du Parti à son fils alors chargé des relations extérieures, force est de constater que l’environnement a fortement évolué. Le Sphinx est mort et Félix est au plus haut sommet de l’Etat.

Par-là, Le Président Félix peut être tenté  à lâcher le parti évolué de manière indépendant et démocratique, cependant son vouloir se heurterait à la volonté de sa mère qui tient encore mordicus au son contrôle.

Dilemme Jean – Marc Kabund

Jean – Marc Kabund est un cas à l’UDPS ; jeune et courageux, le parti lui doit beaucoup. Il est  le dernier fidèle des fidèles prêt d’un Sphinx affaibli et  multi-trahi. C’est lui qui a organisé le congrès ayant conduit Félix Tshisekedi à la présidence du parti jusqu’à la victoire suprême aux élections présidentielles cela  grâce à son trait de caractère, déterminisme et esprit combattant. Peu avant lui ont fait preuve de cette réussite.

Jean – Marc Kabund

Toutefois, le député J-M. Kabund a du mal à se démarquer de sa carcasse de combattant. C’est son sang-froid qui a été un atout majeur ayant poussé Félix Tshisekedi a retiré sa signature des accords de Genève où Martin Fayulu avait était désigné candidat commun de l’opposition.

C’est en cela, que le Président Félix Tshisekedi lui doit l’ascenseur. De par sa nomination à la présidence intérimaire du parti fonction inexistante dans le statut, à son élection à la 1ère vice-présidence de l’Assemblée Nationale de la RDC constituent des récompenses Made in Tshisekedi. Cependant l’Honorable député Kabund a toujours du mal a porté le statut d’Homme d’Etat.       

Déchu, mais sûrement lâché par le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi de son poste de 1er vice-président de l’Assemblée Nationale, il revient de plein droit à la présidence intérimaire et controversé du Parti, chose que n’aurait pas voulue « FATSHI ». Car le militantisme de Kabund constitue un frein à la bonne marche des Accords FCC-CACH dont seul Félix Tshisekedi et Joseph Kabila connaissent le secret.

Aussi, politiquement populaire, il constitue également une ambition politique dont Félix Tshisekedi doit redouter,  s’il tient à garder le contrôle du parti dont un affrontement avec Jean – Marc Kabund dans l’avenir est à craindre.

En effet, Jean – Marc Kabund très dynamique ne se contentera pas seulement de son statut du président intérimaire de l’UDPS, jeune, politologue et ambitieux, il visera au bon moment la présidence de la République. Une certitude que doit connaitre Félix Tshisekedi qui en dépit de l’aide politique lui apporté par Kabund va chercher à s’en débarrasser si l’homme n’est pas dans ses desseins.

Dilemme Augustin Kabuya

Trop brouillon, c’est le protégé de Maman Marthe Kasalu, complice de Kabund, les deux pourraient former un cartel mortel. Cependant Kabuya n’est pas aimé par la majeure partie des militants du parti. Il tient son poste à sa loyauté à M. Kasalu et à sa fidélité à Jean – Marc Kabund. Refusant d’organiser le congrès, Augustin Kabuya constitue un autre cas à l’UDPS.

Augustin Kabuya

Avec le retour prochain de Kabund à la présidence du Parti car son incompatibilité ayant pris fin du fait de sa déchéance au poste de premier vice-président de l’Assemblée Nationale, le prochain jour seront encore mouvementé au sein du Parti. Entre le partisan du Congrès et le camp des présidents et secrétaires ad intérim.

Avec le retour de Kabund, Le Président Félix Tshisekedi qui n’a pas voulu mettre Kabuya à l’écart pourrait se retrouver avec un Kabund trop puissant, qui pourrait réorganiser un autre congrès pour cette fois-ci trôner de manière légal à la présidence du  parti en attendant son tour de se présenter aux élections présidentielles à venir étiqueté UDPS.

Quid alliance FCC – CACH

Si Kabund retrouve son perchoir du président a.i de l’UDPS, il pourra s’en servir pour torpiller voire faire éclater l’alliance FCC- CACH pour se venger de sa mise à l’écart du Bureau de l’Assemblée Nationale. Une hypothèse plausible du fait de son caractère et haine vis-à-vis du camp Kabila.

Roger Lazio

Analyste politique

Related posts

Leave a Comment