RDC-ZAMBIE: LA GUERRE DU LITHIUM DECLAREE

frontière rdc-zambie

Au moins deux militaires, un Congolais et un Zambien, ont été tués en début de semaine dans des affrontements entre les deux armées régulières à la frontière des deux pays qui entretiennent de relations diplomatiques normales, a appris l’AFP vendredi de sources concordantes.
« Lors des combats entre des militaires congolais et zambiens dans la nuit du 15 au 16 mars, il y a eu un mort de chaque côté », a déclaré à l’AFP un diplomate occidental basé à Kinshasa. Un autre diplomate a avancé un bilan de deux morts de chaque côté dans ces affrontements sur les bords du lac Tanganyika.

« Des militaires congolais ont tué deux militaires de la marine zambienne qui avait pris le contrôle d’un village congolais », a-t-il expliqué à l’AFP. « En représailles, des hélicoptères zambiens ont bombardé une position de l’armée congolaise, faisant deux morts parmi les militaires congolais », a ajouté la même source.

Sans confirmer ce bilan, une source gouvernementale congolaise a indiqué à l’AFP que « la situation sur le terrain s’étant normalisée après les affrontements de lundi, les forces loyalistes (congolaises) ont récupéré l’espace occupé par les militaires zambiens ». « Des contacts diplomatiques se poursuivent entre les deux États », selon cette source.


Ces incidents se sont déroulés dans la cité de Muliro-Kibambe située dans la province du Tanganyika (sud-est).

L’armée congolaise s’est refusé à commenter ces incidents dans l’immédiat.

Aucune source officielle zambienne n’a réagi.

La ministre congolaise des Affaires étrangères Marie Tumba Nzeza a effectué jeudi une visite éclair à Lusaka pour préparer une réunion mixte entre les gouvernements de deux pays membres de la Communauté des États d’Afrique australe (SADC), a expliqué la source gouvernementale.

Des incidents similaires entre les deux armées avaient éclaté en 1996, en 2006 et en septembre 2016 autour d’une localité congolaise facilement accessible du côté zambien alors que du côté congolais, le marécage rend difficile tout accès, a indiqué à l’AFP un diplomate occidental.

Manono : la capitale mondiale du lithium, future source principale d’énergie

Avec la percée des voitures électriques et le boom du téléphone cellulaire, le lithium passe, à côté du cobalt, comme un minerai hautement stratégique. Celui qui en a le contrôle dictera sa loi sur le marché mondial du lithium. Dans le monde, les producteurs du lithium ont désormais les yeux rivés sur Manono, dans la province du Tanganyika. Le gisement Manono abrite l’une des plus grandes réserves de lithium au monde (30 millions de tonnes de spodumène à 6% d’oxyde de lithium .Ce gisement s’étend  sur deux zones principales : Kitotolo au sud-ouest et Manono-Kahungwe au nord-est.

Le malheur de la Rd. Congo vient surtout  de sa richesse minière que plusieurs observateurs qualifient de ”scandale géologique”. Un scandale géologique qui suscite les appétits des voisins qui parfois ne disent pas leur nom.

Related posts

Leave a Comment