UK : pas des poursuites judiciaires contre le présumé “agresseur” de Belly Mujinga, morte de COVID-19 selon la police Britannique

La mort de Belly Mujinga qui a été craché dessus par un “gentleman élégant” prétendant être atteint de coronavirus n’est pas liée à l’incident, ont conclu les rapports d’enquête de la police Britannique.

Belly Mujinga, 47 ans, Congolaise d’origine qui avait des problèmes respiratoires, travaillait à la gare Victoria de Londres en mars lorsqu’elle a été agressée, avec une collègue. Quelques jours après l’incident, les deux femmes sont tombées malades du virus.
La police britannique des transports a déclaré qu’une enquête avait été ouverte pour retrouver l’homme qui avait craché sur les deux employées. Ce présumé “agresseur” de 57 ans, élégant était habillé en costume et “ressemblait à un avocat » a révélé un témoin.
Après des « enquêtes approfondies », la police britannique des transports (BTP) a conclu que “la Mort de Belly Mujinga n’est pas liée à l’incident de la gare de Victoria ». La police a également déclaré qu’aucune autre poursuite ne serait prise contre cet homme de 57 ans interrogé par des enquêteurs de la police.

Selon la chaîne publique Britannique BBC  “l’homme qui était le principal suspect, avait subi un test d’anticorps négatif peu après l’incident “

La police Britannique des transports BTP a déclaré qu’elle avait parcouru des images de vidéosurveillance et parlé à des témoins clés pour « établir toutes les circonstances de ce qui s’était passé le 21 mars ».

« Après un examen de toutes les informations, les enquêteurs ont conclu qu’il n’y avait aucune preuve pour étayer une quelconque infraction pénale », »Par conséquent, l’affaire dite “Belly” ne sera pas renvoyée au ministère public. » car elle est désormais close faute de preuves.

Alors qu’une pétition en ligne sur le site de change.org exigeait “qu’une enquete pour meurtre soit diligentée pour déterminer les circonstances et les causes de la mort de Belly Mujinga. Cette pétition a récolté plus  de 250 milles signatures et plus 60 mille livres sterling ont été collectés en ligne sur le site GoFundMe pour soutenir la famille de Belly.

REACTION DE LA FAMILLE DE MADAME MUJINGA



La famille de Mme Mujinga a reçu l’information des résultats de l’enquête de la police “avec une profonde déception”.Toutefois , la famille ne s’attendait pas à des poursuites judiciaires contre l’agresseur car “il est difficile de prouver comment et ou Belly Mujinga a contracté le virus.

“La  journée d’hier était difficile pour nous en tant que famille. La police britannique des transports a publié une déclaration dans laquelle elle a essentiellement clos l’affaire de l’incident à Victoria Station qui s’est produit avant que ma femme Belly ne meure du coronavirus. Nous n’avions jamais pensé qu’une poursuite était probable, mais c’était décevant d’avoir cette nouvelle. Nous ne cherchions pas  de poursuites judiciaires. Nous demandons plutôt à son employeur de prendre des mesures pour protéger leurs travailleurs, comme ils auraient dû protéger Belly. Aidez-nous s’il vous plaît” a posté sur le site Change.org, Monsieur Lusamba Katalay, veuf et ex-mari de Belly Mujinga qui depuis parle au nom de la famille éprouvée.

COMPASSION OU OPPORTUNISME DES SYNDICALISTES AU NOM DE BELLY?

En effet, l’attaque de Belly Mujinga à son poste de travail a donné une opportunité au syndicat des employés des transports publics et de chemin de fer à revendiquer des meilleures conditions de travail et de protection contre le COVID-19.

Les employés de transports publics et de chemin de fer du royaume sont autant exposés à la contamination au COVID-19 que les médecins, docteurs et les aides-soignants du système national de santé publique. Rapidement, la pétition dite “justice pour Belly Mujinga” s’est transformée à une campagne de mobilisation des syndicats de transports publics et ne vise plus une “probable poursuite pénale contre le présumé agresseur.

Le syndicat de transports publics et de chemin de fer a saisi cette occasion au nom de Belly pour réclamer l’extension à d’autres travailleurs  et secteurs clé du programme gouvernemental de compensation de famille de victimes du COVID-19.

En effet, le programme de compensation de famille de victimes de COVID-19 prévoit une compensation à hauteur de 60 mille livres sterling à chaque famille de docteur, infirmier, aide-soignant mort du COVID-19 dans le cadre de l’exercice de leur travail.

En plus de compensation, le ministère de l’intérieur Britannique a décidé d’octroyer des permis de séjour d’une durée indéterminée aux familles de  docteurs ,médecins et aide soignants étrangers morts du COVID-19.


Swaziro Inaba/ Rédaction Congovirtuel

Related posts

Leave a Comment