De gauche à droite, assises, Marie-José Loshi, Noëlle Verbeken et Léa Tavares Mujinga. Debout, Simone Ngalula et Monique Bintu Bingi. Les cinq femmes sont toutes nées de l'union entre une mère congolaise et un père européen. L'administration coloniale belge les a séparées de leurs parents et placées dans des orphelinats. Elles assignent l'Etat belge pour crimes contre l'humanité le 14 octobre 2021. © AP Photo/Francisco Seco, File

1960: la Belgique avait « secrètement » donné la possibilité d’avorter aux femmes revenues enceintes du Congo pour limiter le boom de naissance d’enfants métis

7 minutes

On l’a assez dit : dans la « colonie modèle » qu’était le Congo d’avant 1960, les Belges n’avaient rien vu venir, rares étaient ceux qui devinaient les aspirations à l’indépendance de nombreux Congolais, témoins des bouleversements dans les anciennes colonies françaises ou britanniques. Dès […]

RDC-BELGIQUE