Monsieur KIBEKA MUSONDA Urbain, Agé de 80 ans, marié à madame KAZEMBE Anastasie Résidant à Lubumbashi, a répondu aux questions de la rédaction de Congovirtuel au sujet de « crime de guerre » commis à Kilwa en octobre 2004.

Notons qu’en 2017, la Commission africaine avait décidé que la RDC avait violé la Charte africaine par rapport au massacre, en 2004, de plus de 70 personnes par des soldats de l’armée congolaise dans la ville de Kilwa. Elle devrait accorder des dommages-intérêts de 4,36 millions de dollars à huit victimes et à leurs familles, la plus haute indemnisation jamais accordée par la Commission africaine. Elle a aussi ordonné à l’État congolais d’identifier et d’indemniser les autres victimes et leurs familles non parties à la plainte mais directement touchées par l’attaque.

1.Comment  pouvez- vous décrire l’intervention de l’armée Congolaise à Kilwa en octobre 2014? Où étiez- vous et en quoi ces « massacres » vous affectent?

K.M/Nous étions moi et ma famille quand les forces armées congolaise sont arrivées à Kilwa. Ce qui nous avez fait peur c’est l’instruction que les militaires qui venaient avaient reçu de la part de leur commandant le nommé KOTEKUBAYA de tirer à leur arrivée sur tous ce qui bouge et qui respire (hommes et bétails) et de considérer tous les civils qui étaient resté à Kilwa comme des rebelles. La déclaration du commandant KOTEKUBAYA a suscité en nous la peur et a poussé ma famille à fuir vers la Zambie via le lac Moero au moyen d’une barquette. Une fois sur place, les militaires ont commencé à tirer des mortiers en direction du lac Moero. C’est ainsi que la barquette qui transportait mes enfants a été renversée par un mortier et tous ceux qui étaient à bord sont morts par la suite par noyade.

2. Combien des victimes ont été affectés par ce massacre et dans quelle condition vivent-ils actuellement ?

K.M/Le nombre des morts varie entre 70 et 73.  A ce dernier, il faut ajouter celles qui avaient perdu des maisons et d’autres biens de valeur qui n’ont jamais été retrouvés jusqu’à présent. Moi j’avais perdu les enfants. Depuis l’incident, les victimes que nous sommes sont abandonnées à notre triste sort et nous n’avons pas les moyens pour réclamer nos droits.   En dehors du soutien des ONG.

3. Faites-vous l’objet des menaces émanant des vos anciens bourreaux ?

K. M/Du déroulement des faits à nos jours, aucun service de sécurité de l’Etat congolais n’est jamais passé pour s’imprégner de la situation et échanger avec nous les victimes pour une probable indemnisation, et ce malgré, que la Commission Africaine a déjà rendu la décision en notre faveur. Nous demandons au Président de la République Félix Tshisekedi de s’impliquer pour exécuter la décision de la Commission Africaine, d’abord comme Président de la République et ensuite comme Président en exercice de l’Union Africaine.  Car certaines victimes sont déjà mortes et d’autres sont très malades en attendant la réparation.

4. Que ce que vous attendez de l’Etat congolais, en particulier du Président de la République Félix Tshisekedi et président en exercice de l’UA à propos à la décision de compensation des victimes de la Commission africaine des droits de l’homme  qui tarde à se concrétiser?

K. M/ Nous demandons au Président de la République Félix Tshisekedi de s’impliquer pour exécuter la décision de la Commission Africaine, d’abord comme Président de la République et ensuite comme Président en exercice de l’Union Africaine.  Car certaines victimes sont déjà mortes et d’autres sont très malades en attendant la réparation.

5. Le 17 juillet était  la Journée internationale de la Justice pénale, quel est votre commentaire personnel sur « l’impunité dont jouissent  les responsables militaires sur ce crime de guerre ?

K. M/Nous profitons de cette occasion ou le monde célèbre la journée internationale de la justice pour lancer un appel vibrant aux autorités du pays et demander à ce que justice soit rendu aux victimes que nous sommes. Nous exhortons le gouvernement de la RDC à exécuter la décision de la Commission Africaine.

Propos recueillis par Serge Egola Angbakodolo(angbakodolo@congovirtuel.com) , assisté de Ishiaba Kasonga (Ishiabakasonga@gmail.com) en collaboration avec Gaye Sowe (IHRDA (Banjul)+22 07751207; gsowe@ihrda.org, Emmanuel Umpula (Afrewatch – Kinshasa) +243818577577;emmanuelumpula@afrewatch.org, Anneke Van Woudenberg (RAID – UK) +44 77 11 66 4960; woudena@raid-uk.org,Roger Lazio Mujanayi (Congovirtuel /RDC) Secretariat@congovirtuel.com +243971937051

 Lire aussi  le feuilleton du dossier « massacres de Kilwa de 2004″publié par la rédaction Congovirtuel

A.https://congovirtuel.com/information/rdc-massacre-de-kilwa-perpetre-sous-j-kabila-f-tshisekedi-appele-a-dedommager-huit-victimes-avec-436-millions-raid-uk/

B.https://congovirtuel.com/information/massacre-de-kilwa-president-de-lua-f-tshisekedi-risque-detre-condamne-par-la-cour-de-droits-de-lhomme-pour-non-respect-de-la-charte-africaine/

C.https://congovirtuel.com/information/j-biden-a-salue-le-leadership-de-f-tshisekedi-alors-que-le-gouvernement-de-la-rdc-risque-detre-condamne-pour-non-respect-de-la-charte-africaine/

Une réflexion sur “ RDC: Mr KIBEKA MUSONDA, rescapé des « tueries » de Kilwa, sollicite l’implication personnelle de F. Tshisekedi pour obtenir réparation selon la décision de l’UA de 2017″(Interview)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.